EXCLUSIF – Afrique du sud: 42 000 fermiers blancs déjà assassinés

En Afrique du sud, les fermiers blancs (notamment les Afrikaners) qui représentent 10% de la population totale, occupaient 75% des terres agricoles du pays. Mais ce chiffre est à reconsidérer depuis le début des violences destinées à les exproprier.

Pire, nous ne parlons plus simplement de tortures physiques ou psychologiques, aujourd’hui, les fermiers blancs eux-mêmes évoquent un “génocide”, une réalité que contredit le gouvenrement qui assure, en écho, que les services de police notent dans ses statistiques unr violence globale et surtout anti-noire. Ainsi, elles nous font savoir que 19 000 noirs ont été tués entre 2015 et 2016. «Cceux qui ont le plus de chance d’être tués sont de jeunes hommes noirs»

Selon les représentants des fermiers blancs, le gouvernement minimise les faits. La polémique est vive, les fermiers n’hésitant pas à parler ouvertement de génocide .  

EXCLUSIF - Afrique du sud: 42 000 fermiers blancs déjà assassinés

Suivant nos informations locales, 70 000 fermiers blancs ont d’ores et déjà été torturés et/ou tués. Nombreux sont ceux qui n’ont pas résisté aux menaces et ont  préféré fuir le pays.  Le mouvement Afriforum, qui coordonne les actions des fermiers, voit les chiffres tragiquement s’envoler. Et le véritable chiffrage dépasserait même les 42 000 assassinats, ce qui, effecitivement, correspôndrait à une validation du terme “génocide”.

Depuis l’élection en février 2018 de Cyril Ramaphosa  et la démission de Jacob Zuma, les associations locales relèvent une intensification du phénomène “de vengeance”. Elles en appellent aujourd’hui à l’aide.

Cyril Ramaphosa

Cyril Ramaphosa

Aucun oeil extérieur, aucune organisation internationale ni même l’ONU ne se préoccupe réellement du problème sud-africain. Lors, personne n’est aujourd’hui en capacité de confirmer ou d’infirmer les terribles chiffres de cette guerre de territoire qui n’est plus une simple révolution de société mais un basculement de vie racial devenu hors de contrôle.

L’effondrement du mythe de la «nation arc-en-ciel» chère à Nelson Mandela  est une tragédie pour le peuple sud-africain et pour le monde entier. Le Président Ramaphosa au pouvoir depuis six mois ferme étrangement les yeux, de fait, devient complice des actions terroristes. Et désormais, sans prise de conscience à l’échelle internationale, l’avenir de l’Afrique du sud est malheureusement compromis, les fondations harmonieuses de l’Union des couleurs étant bien plus que fragilisées.

Frank Nolanho pour WikiStrike

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*