Exemple du pillage systématique de l’Afrique par une Banque Mondiale de plus en plus schizophrène

L’Afrique subsaharienne perd environ 100 milliards de dollars de taux d’Epargne Nette Ajustée (ENA°) chaque année parce que c’est « la seule région ayant des périodes de revenus nationaux bruts négatifs ».

Un tout nouveau rapport de la Banque Mondiale, The Changing Wealth of Nations 2018, montre à quel point l’Afrique s’appauvrit grâce à l’extraction effrénée de minéraux, de pétrole et de gaz. Pourtant, les politiques et les pratiques de la Banque restent orientées vers l’application des remboursements de prêts étrangers et le rapatriement des bénéfices des sociétés transnationales (STN), maintenant ainsi le pillage.

Au cœur de sa « comptabilité du capital naturel », la Banque utilise une mesure de l’ »épargne nette ajustée » pour mesurer les variations de la richesse économique, écologique et éducative. C’est certainement préférable au « revenu national brut » (RNB, une variante mineure du produit intérieur brut), qui ne tient pas compte de l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables et de la pollution (sans parler du travail non rémunéré des femmes et du travail communautaire).

Dans sa dernière enquête mondiale (avec les données de 1990-2015), la Banque conclut que l’Afrique subsaharienne perd environ 100 milliards de dollars d’Epargne (ENA) chaque année parce qu’elle est « la seule région ayant des périodes de niveaux négatifs – avec une moyenne négative de 3 pour cent du Revenu National Brut (RNB) au cours de la dernière décennie – ce qui suggère que ses politiques de développement ne favorisent pas encore suffisamment une croissance économique durable… Manifestement, l’épuisement des ressources naturelles est l’un des principaux moteurs des taux d’épargne nette ajustée (ENA) négatives dans la région.”

La Banque demande : « Comment l’Afrique subsaharienne se situe par rapport aux autres régions ? Pas favorablement. » Contrairement à la mythologie pernicieuse de la « montée de l’Afrique », le déclin des taux d’épargne (ENA) pour l’Afrique subsaharienne a été le plus marqué entre 2001-2009 et 2013-2015.

° Ajout de SLT : L’ENA ou Epargne nette ajustée est le taux d’épargne d’un pays après ajustement à raison des dépenses d’éducation, de l’amortissement du capital, de l’épuisement des ressources naturelles, et des dégâts engendrés par le dioxyde de carbone et par les émissions de particules. Un taux d’épargne négatif indique qu’un pays a une croissance économique non viable à terme.

L’Afrique a désespérément besoin de diversification, mais les gouvernements des pays maudits pour leurs ressources naturelles sont plutôt trop influencés par les Sociétés transnationales (STN) qui ont l’intention d’extraire.

D’autres régions du monde ont enregistré des hausses du taux d’Epargne (ENA**) très positives, de l’ordre de 5 à 25 %. Des pays plus riches et à forte intensité de ressources comme l’Australie, le Canada et la Norvège ont des résultats positifs en matière de ressources en ENA, en partie parce que leurs compagnies transnationales retournent les bénéfices aux actionnaires locaux.

Les « politiques de développement » fracassantes de l’Afrique visant à attirer les investissements étrangers directs sont devenues contre-productives, même selon la Banque Mondiale : « Surtout pour les pays riches en ressources, l’épuisement des ressources naturelles n’est souvent pas compensé par d’autres investissements. Les avertissements émis par les taux d’épargne (ENA) négatifs dans de nombreux pays et dans l’ensemble de la région ne doivent pas être ignorés. »

De tels avertissements – y compris la Déclaration de Gaborone 2012 de dix gouvernements africains – sont en effet largement ignorés, et pour une raison simple, la Banque fait allusion : « La mesure[des taux d’épargnes : ENA] reste très importante, surtout dans les pays riches en ressources. Il aide à promouvoir les investissements en faveur de la diversification pour promouvoir les exportations et la croissance sectorielle en dehors du secteur des ressources. »

L’Afrique a désespérément besoin de diversification, mais les gouvernements des pays maudits en termes de ressources naturelles sont plutôt trop influencés par les Compagnies transnationales désireuses d’extraction. Même au sein de la Banque, ce biais est évident, comme le montre le cas de la Zambie.

Le cuivre manquant en Zambie

L’année dernière, la Banque a désigné la Zambie comme principale étude-pilote de pays dans le cadre du projet « Wealth Accounting and Valuation of Ecosystem Services » (WAVES). Les forêts zambiennes, les zones humides, les terres agricoles et les ressources en eau étaient considérées comme des « comptes prioritaires ». Le cuivre, principale composante des richesses naturelles de la Zambie, manquait cruellement.

Le cuivre a-t-il été négligé dans le projet WAVES parce qu’une telle comptabilisation entraînerait une perte nette substantielle ? Selon une estimation de la Banque Mondiale, la contribution annuelle du cuivre au déclin des richesses minérales de la Zambie, il y a dix ans, s’élevait à 19,8 % du RNB. Si de telles données étaient largement discutées, cela pourrait obliger à repenser la privatisation désespérée des mines et l’exportation de minerai non traité en Zambie.

Naturellement, la plupart des membres du personnel de la Banque Mondiale ne travaillent pas dans l’intérêt des Zambiens, mais pour le compte d’autres banques et des compagnies internationales. Cela les oblige à comprimer les maigres devises de la Zambie : tout d’abord, pour que les multinationales puissent rapporter les profits à la maison, et ensuite, pour que Lusaka rembourse les prêts, même s’ils sont inabordables et aussi corrompus que soit le gouvernement emprunteur. Le remboursement est aujourd’hui particulièrement difficile, étant donné que le Kwacha est passé d’un niveau d’environ 1 à 5 USD dans les années 1990, puis d’environ 1 à 5 USD en 2003-15, pour atteindre 9-12 USD depuis lors.

« La Zambie rembourse les prêts, même s’ils sont inabordables et corrompus. »

De 2002 à 2008, le gouvernement zambien dirigé par Levy Mwanamasa (1948-2008) a été soumis à de fortes pressions de la part de la Banque Mondiale pour vendre les actifs les plus précieux de l’État afin de rembourser des prêts plus anciens, y compris ceux contractés par son prédécesseur corrompu, Frederick Chiluba (1943-2011). Cette dette aurait dû être répudiée et annulée.

Même à ce moment-là, lors de la vente de la plus grande mine de cuivre d’Afrique à Konkola, Mwanamasa aurait dû veiller à ce qu’au moins 400 millions de dollars soient versés au Trésor zambien. Mais l’acheteur, le directeur général de Vedanta, Anil Agarwal, a ri méchamment en se vantant à une conférence sur l’investissement en 2014 à Bangalore, en Inde, qu’il avait piégé Mwanawasa pour qu’il n’accepte que 25 millions de dollars. « Cela fait neuf ans et depuis, chaque année, il nous donne un minimum de 500 millions à 1 milliard de dollars. » (Agarwal est actuellement en train d’acheter les actifs miniers sud-africains d’Anglo American, après avoir acheté 20 pour cent de la société en 2016-2017).

Contre le pillage de l’Afrique : descendant ou ascendant ?

La Zambie n’est pas seule. La Banque signale qu’entre 1990 et 2015, de nombreux pays africains ont connu une contraction massive des taux d’épargne nette ajustée (ENA) (un processus appelé « désaveu » comme substitut poli de « pillage »), notamment l’Angola (68 %), la République du Congo (49 %) et la Guinée équatoriale (39 %). Alors que les prix des produits de base ont culminé pendant la période du supercycle 2007-14, l’épuisement des ressources a été le principal facteur de réduction de la richesse de l’Afrique.

Que peut-on faire ? Il n’ y a en réalité que deux moyens de s’attaquer à la capture des richesses africaines par les multinationales ou sociétés transnationales : de la base vers le sommet en bloquant l’extraction par une action directe ou du sommet vers la base en procédant à des réformes.

La futilité de cette dernière est illustrée par la Vision alternative minière (VAM) de l’Union africaine pour 2009. Elle proclame (sans aucune référence à la comptabilité du capital d’épuisement des ressources naturelles), « sans doute le véhicule le plus important pour la construction du capital local sont les investisseurs étrangers – les sociétés transnationales – qui ont le capital, les compétences et l’expertise nécessaires ».

L’activiste sud-africain Chris Rutledge s’est opposé à cette logique néolibérale l’année dernière dans un rapport d’ActionAid, la VAM : Sommes-nous en train de reconditionner un paradigme colonial ? En accélérant les modèles d’extraction maximale, l’AMV s’oppose une fois de plus directement à nos propres priorités pour assurer des moyens d’existence résilients et garantir la justice climatique. Elle s’oppose catégoriquement à toute forme de consentement préalable, libre et éclairé. Et elle ne s’attaque pas aux causes structurelles de la violence structurelle subie par les femmes, les filles et les communautés affectées. »

La première stratégie – l’opposition communautaire – pourrait être beaucoup plus efficace. Selon une brochure préparée par la fondation Bench Marks Marks, organisme confessionnel de surveillance minière basé à Johannesburg, pour la société civile Alternative Mining Indaba au Cap cette semaine, « Des conflits d’intérêts intractibles prévalent avec les interruptions continues des opérations minières. La résistance aux opérations minières est en constante augmentation avec des conflits qui y sont associés. »

Le défi de l’Alternative Indaba est d’embrasser cette résistance, de ne pas se retrancher dans les cloisonnements réformistes des ONG – et de ne pas continuer à ignorer l’impact négatif de l’exploitation minière sur la sécurité énergétique, le climat et l’épuisement des ressources comme cela a souvent été le cas.

Il n’y a en réalité que deux moyens de s’attaquer à la capture des richesses africaines par les sociétés transnationales : de la base vers le sommet en bloquant l’extraction directe ou du sommet vers la base en procédant à des réformes.

En effet, il y a trois ans, Mark Cutifani, PDG d’Anglo American, a admis qu’en raison des protestations de la communauté, » il y a eu quelque chose comme 25 milliards de dollars de projets bloqués ou stoppés « , un exploit étonnant étant donné que toutes les nouvelles mines dans le monde étaient évaluées cette année-là à 80 milliards de dollars. (Une carte à cet effet se trouve dans l’Atlas de la justice environnementale, http://ejatlas.org)

Pendant ce temps, les agents prêteurs de la Banque Mondiale (distincts des chercheurs de Changing Wealth of Nations) font toujours l’objet de protestations au sujet de l’exploitation minière ici. Les femmes vivant dans les bidonvilles de Marikana, organisés sous le nom de Sikhala Sonke, demeurent dégoûtées par l’engagement financier de 150 millions de dollars pris à Lonmin, que la Banque a bizarrement considéré comme son « meilleur argument » en faveur de l’investissement communautaire de 2007 à 2012, jusqu’au massacre par la police de 34 travailleurs lors d’une grève sauvage. (Le président de la banque Jim Yong Kim s’est même rendu à Johannesburg deux semaines plus tard, mais il n’a pas osé mentionner encore moins visiter le « meilleur exemple » d’exploitation minière de son institution.

Les autres opérations notoires de la Banque en Afrique du Sud comprenaient des généreux crédits au régime de l’apartheid, la promotion inlassable de l’idéologie néolibérale après 1990, des subventions de 3 $.75 milliards d’Eskom en 2010 (le plus important prêt-projet jamais accordé par la Banque, qui continue de financer la centrale électrique au charbon la plus polluante en construction dans le monde), et les investissements continus des actionnaires principaux dans le réseau CPS-Net1, qui privent les 11 millions de citoyens les plus pauvres d’Afrique du Sud qui reçoivent des subventions sociales.

Pour couronner le tout, en dépit des révélations embarrassantes sur l’exploitation des sociétés transnationales que l’on ne peut ignorer dans The Changing Wealth of Nations 2018, la Banque est le sponsor financier de l’Indaba minière africaine de cette semaine au Palais des congrès du Cap. Chaque année, c’est l’endroit idéal pour partager le pain et siroter de bons vins de Stellenbosch (bien qu’il n’ y ait peut-être pas d’eau dans cette ville au climat catastrophique) avec les patrons miniers les plus agressifs du monde et les élites politiques alliées d’Afrique discutant jovialement de la façon d’amplifier le pillage.

Par Patrick Bond
Black Agenda Report

 

——————

 

Article originel : New Evidence of Africa’s Systematic Looting, From an Increasingly Schizophrenic World Bank
Traduction SLT

 

 Patrick Bond enseigne l’économie politique à la Wits University School of Governance de Johannesburg et est l’auteur, entre autres ouvrages, de Looting Afrtica: The Economics of Exploitation, Zed Books, 2006.

source:http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2018/02/de-nouvelles-preuves-du-pillage-systematique-de-l-afrique-par-une-banque-mondiale-de-plus-en-plus-schizophrene-black-agenda-report.h

In the Spotlight

Me Ousmane Sèye : «L’opposition est nihiliste»

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Me Ousmane Sèye reconnaît à l’opposition le droit de contester le parrainage. Mais il l’invite à faire des contrepropositions, le cas échéant. Malheureusement, se désole l’avocat dans les colonnes de Source A, «nous avons une [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*