FACE-A-FACE DE TOUS LES DANGERS ENTRE LA CREI ET LE MAIRE DE ZIGUINCHOR, CE LUNDI BALDE, DANS L'OEIL DU CYCLONE!

abdoulaye Balde MAIRE DE ZIGUINCHORAbdoulaye Baldé, le maire de Ziguinchor va-t-il sortir libre de son déferrement à la convocation de la Crei, ce lundi matin ? Voilà la grande question qui interpelle tous les Sénégalais, au regard des derniers développements du feuilleton judiciaire qui l’oppose à la Crei, dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis. 

Ayant échappé de justesse, selon certains observateurs, à une arrestation d’éléments de la gendarmerie venus le « cueillir » à son domicile, jeudi dernier,  l’ancien directeur exécutif de l’Anoci entend répondre dans la matinée d’aujourd’hui seulement à la convocation de la juridiction chargée de lutter contre l’enrichissement illicite. Le chef de l’Ucs, tout proche de Rebeuss et de son ancien patron à l’Anoci, en l’occurrence Karim Wade, risque dans ce face-à-face de tous les dangers avec la Crei, de faire tout simplement les frais du… mandat de dépôt.

Attendu par tous les observateurs, les acteurs politiques comme le citoyen lambda, l’énième face-à-face qui oppose, ce lundi 18 août, le maire de Ziguinchor et la Cour de répression de l’enrichissement illicite va marquer un véritable tournant dans le feuilleton judiciaire entre Abdoulaye Baldé et la juridiction chargée de lutter contre l’enrichissement illicite.  Le député-maire, mis en demeure par la Crei depuis le 11 juillet dernier afin de justifier l’origine de sa fortune estimée à 05 milliards de Fcfa, répond en effet dans la matinée de ce jour à une convocation de la Crei, tout juste quelques jours après avoir déposé des pièces justificatives pour légitimer la licéité de son patrimoine.

Des documents qui n’avaient certainement pas satisfait la Crei qui avait lancé les pandores aux trousses d’Abdoulaye Baldé. Jeudi dernier, quatre éléments de la gendarmerie s’étaient ainsi pointés au domicile du maire de Ziguinchor , sis aux Almadies, afin de procéder a son « arrestation», selon la presse.  L’interpellation avait toutefois échoué, pour la simple et bonne raison qu’Abdoulaye Baldé, lui-même ancien commissaire de police, était absent des lieux. Au fait de toutes les procédures d’arrestation des services de sécurité et certainement « informé » de son interpellation imminente, l’ancien flic et ex-ministre d’Etat sous Me Wade avait joué à l’abonné absent toute la journée durant. Les gendarmes, porteurs d’une convocation, ont dû quitter bredouilles le domicile après des échanges avec les avocats du maire de Ziguinchor. Ce dernier avait alors décidé de ne déférer à la convocation que ce lundi matin, en faisant jouer toutes les susceptibilités de la loi pour ne se présenter à la Crei  que ce lundi 18 août.

 A deux pas de Rebeuss et du mandat de dépôt, selon certains analystes, Abdoulaye Baldé s’achemine néanmoins tout droit vers une confrontation qui risque d’être périlleuse pour lui. Surtout, quand on sait que Karim Wade avec qui il présidait aux rênes de l’Anoci avait été interpellé, lui aussi, tout juste après avoir déposé les justificatifs de sa fortune pistée par la Crei, dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis.  
 
Pou rappel, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) avait mis le député et ancien ministre Abdoulaye Baldé en demeure, le 11 juillet dernier, de dire comment il a acquis une fortune estimée à 05 milliards de F Cfa. Le lundi 11 août, le maire de Ziguinchor avait présenté 1000 pages de justificatifs pour prouver la licéité de son patrimoine. Abdoulaye Baldé, ancien ministre des Forces armées, puis des Mines et de l’industrie sous le régime d’Abdoulaye Wade, également ancien directeur exécutif de l’ex-Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique (Anoci), dont le budget se chiffrait à des centaines de milliards de francs Cfa, avait même déclaré, à sa sortie de la Crei, lundi dernier, qu’il n’envisageait nullement un quelconque mandat de dépôt contre sa personne. Les faits-ils le démentir, ce lundi 18 août?
 
ZIGUINCHOR -CONVOCATION DE BALDE A LA CREI, CE LUNDI, Les pro-Baldé, entre inquiétude et expectative
 
Depuis quelques jours, les partisans du maire de Ziguinchor persuadés que le sort de leur mentor est déjà « scellé » par la Crei, multiplient les réunions de crise. Ils attendent d’ailleurs la réponse de la Crei, ce lundi, pour calquer leurs comportements.

Et pour apporter leur soutien moral au maire de ziguinchor, ils ont décidé de sonner la mobilisation à travers un sit-in, ce lundi, à la mairie de Ziguinchor . Mis au parfum de la présence des gendarmes au domicile de Baldé jeudi dernier, les proches du maire de Ziguinchor s’étaient spontanément réunis à l’hôtel de ville pour s’en prendre à la Crei qui, selon eux, « s’acharne » sur leur mentor.

Si Seydou Sané, le 1er adjoint au maire, a appelé à la sérénité,  Taibou Diedhiou le 7e adjoint au maire qui a lu la deuxième déclaration n’a pas été tendre avec le Procureur Alioune Ndao qui, selon lui, est à l’origine des soucis actuels du maire de Ziguinchor. Et vu la gravité de l’affaire, certains partisans du maire sur place  n’ont pas manqué « d’arroser » la salle de réunion de la mairie de larmes .

La tristesse et l’angoisse se lisaient d’ailleurs sur certains visages .Mais,  du discours va- t-en guerre  aux flèches lancées à la Crei jeudi dernier, la tension est retombée d’un cran ces dernières heures chez les partisans de Baldé qui appellent désormais à la sérénité, eux qui sont très inquiets du sort que la Crei pourrait réserver à leur mentor. En attendant la décision de la Cour de Répression contre l’Enrichissement Illicite, l’inquiétude va crescendo chez les partisans du maire qui retiennent leur souffle. Ces derniers sont formels : « Baldé ne s’est pas caché, il se rendra à la Crei,  ce lundi »

Moctar DIENG

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*