Facebook bloqué en Ethiopie

facebookLe gouvernement a indiqué que cette interdiction des réseaux sociaux avait pour but d’éviter que les étudiants soient déconcentrés pendant la période des examens et pour empêcher la propagation de rumeurs.

Facebook, Twitter, Instagram et Viber ne sont plus accessibles.

Ces plateformes resteront indisponibles pendant plusieurs jours durant les examens d’entrée à l’université.

“Il s’agit d’une mesure temporaire jusqu’à mercredi. Il s’avère que les réseaux sociaux sont une distraction pour les étudiants”, a indiqué Getachew Reda, porte-parole du gouvernement.

L’Ethiopie fait partie des premiers pays africains à avoir censuré Internet et les blogs d’opposition et de défenseurs des droits de l’homme sont régulièrement bloqués.

Ce n’est pas la première fois que les réseaux sociaux sont inaccessibles dans le pays.

Mais dans le passé, cette situation n’avait duré que quelques heures et le gouvernement avait nié avoir eu un rôle dans cette affaire.

Un journaliste éthiopien qui a souhaité resté anonyme a expliqué que cette répression “était juste un début”.

“Le gouvernement s’intéresse au contrôle des réseaux sociaux,” a-t-il déclaré.

“La prochaine fois qu’il y a une manifestation, ils vont utiliser cette expérience pour faire de nouveau une répression au niveau nationale.”

Pour David Berhane, rédacteur en chef d’un magazine sur la corne de l’Afrique, estime qu’il s’agit d’un précédent dangereux.

En mai, les examens d’entrée à l’université ont été annulé après que des photos des tests aient circulé sur les réseaux sociaux.

Un groupe soutenant les droits de l’éthnie Oromo a revendiqué la responsabilité de la fuite.

Les médias traditionnels sont étroitement contrôlés par le gouvernement et beaucoup de personnes se reposent sur les médias sociaux pour accéder et diffuser des informations critiques des autorités.

BBC

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*