Félix Tshisekedi veut faire de la RDC un «Etat de droit»

Par Oeil D’Afrique

Félix Tshisekedi a profité de sa première participation à un sommet de l’Union africaine (UA) en tant que chef d’Etat de la République démocratique du Congo pour assurer à ses pairs du continent sa résolution à « consolider la paix » dans son pays, en combattant les « anti-valeurs » avec pour objectif de « construire un Etat de droit ».

« Il nous faut sans relâche consolider la paix, combattre les anti-valeurs, construire un Etat de droit, renforcer la politique de bon voisinage et le règlement pacifique des différends, neutraliser la nébuleuse des groupes armés particulièrement à Beni et à Butembo », a notamment déclaré Félix Tshisekedi, devant les chefs d’Etat et de Gouvernement du continent réunis dimanche à Addis-Abeba pour l’ouverture du 32-éme sommet de l’UA.

« Notre pays, a-t-il déploré, a tant souffert depuis qu’il est devenu Congo. Les guerres meurtrières que nous avons vécues devraient interpeler l’Afrique et la conscience africaine afin de ne pas sponsoriser toutes tentatives susceptibles de faire revivre au peuple congolais les mêmes atrocités que nous ne cessons de décrier depuis plus de 20 ans ».

Partant delà, « Il n’est donc plus acceptable que le Congo, mon pays, puisse être indéfiniment victime de la convoitise de ses immenses ressources naturelles », a martelé Tshisekedi, soulignant toutefois qu’ « à travers un partenariat gagnant-gagnant, la RDC s’engage à apporter sa contribution à toute action visant la mise en valeur de ses ressources pour le bien-être de l’Afrique et du reste du monde »

En attendant, le nouveau président de la RDC s’est de la « passation pacifique » du pouvoir qu’il a eue avec son prédécesseur, Joseph Kabila, une cérémonie qui, selon lui, « a démenti tous les pronostics du chaos annoncé à l’issue des élections ».

Avec APA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*