France : Fillon s'empêtre dans ses bobards

Le candidat LR a publié lundi soir des mails censés prouver qu’«Envoyé spécial» a sorti de leur contexte les propos de Pénélope Fillon en 2007. C’est bien peu convaincant.

François Fillon avait livré un petit mensonge au cœur de l’après-midi, lors de sa conférence de presse. Il a essayé de s’en débrouiller dans la soirée, sur Twitter, cette fois… mais au prix d’une grossière manip. Lundi après-midi, donc, devant près de 300 journalistes, François Fillon tente de déminer le terrain du «Fillon Gate». Dans sa mire, les journalistes en général et l’émission Envoyé spécial en particulier, coupable d’avoir diffusé jeudi dernier une interview datant de 2007 de Pénélope Fillon affirmant à propos de son mari : «Je n’ai jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre. Je n’ai jamais géré sa communication.»
Un «aveu» que François Fillon essaye de discréditer : «Lorsqu’elle a fait cette déclaration, qui a été reprise dans cette émission à charge, où on a sciemment pris des morceaux de phrases, retirées de leur contexte… Je rappelle que c’est une émission en langue anglaise, qui s’adressait à un public anglais, et où au fond le sujet de l’interview était : “Je ne serai pas Cherie Blair.” Je dois d’ailleurs vous indiquer que la journaliste qui a accompli cette interview s’est manifestée personnellement auprès de mon épouse pour lui dire à quel point elle était choquée par l’utilisation qui avait été faite des morceaux de cette interview.»
Ainsi, la journaliste ayant recueilli les propos de Pénélope Fillon aurait été choquée par leur utilisation dans Envoyé spécial ? Sauf que l’argument, déjà utilisé lundi matin par Eric Ciotti (et désintoxiqué par nos soins), ne tient pas la route. Pendant la conférence de presse de François Fillon, Libération contacte Kim Willsher, la journaliste ayant mené l’interview de Pénélope Fillon en 2007 avant de publier sur le Telegraph un portrait à la suite de cette rencontre. Et Kim Willsher, désormais journaliste au Guardian, de démentir «fermement» les affirmations de l’ex-Premier ministre. «Je tiens à le dire très nettement : je n’ai jamais dénoncé l’enquête d’Envoyé Spécial. Ils ont fait leur boulot.»
Par Cédric Mathiot

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*