France : Il y a 4 mois, le nouveau premier ministre taillait un costard magistral à Macron

-Admirez un peu ce retournement de veste éclair d’Edouard Philippe, élu nouvelle girouette du m

mois. Celui qui affirmait que Macron “n’assume rien mais promet tout” s’affiche désormais tout sourire avec lui et accepte de gouverner avec celui qu’il a vilipendé il y a à peine 4 mois. Ces politiciens n’ont vraiment aucun principe, aucun honneur. Fawkes
Qui est Macron ? Pour certains, impressionnés par son pouvoir de séduction et sa rhétorique réformiste, il serait le fils naturel de Kennedy et de Mendès France. On peut en douter. Le premier avait plus de charisme, le second plus de principes. Pour d’autres, il serait Brutus, fils adoptif de César.
Alain Juppé, qui s’y connaît en histoire romaine et échange des SMS en latin avec Bayrou, a le premier osé la comparaison. Brutus, sénateur et philosophe, ne peut être réduit au traître parricide. Plus fidèle à ses principes qu’à la personne du chef, il désespère de voir la République dégénérer. C’est ce que prétend être Macron. Mais Brutus, homme d’action, dresse son bras vengeur tandis que Macron, banquier technocrate, est «en marche». En latin on dit ambulans, chacun en déduira ce qu’il veut…
Non, le Romain qui ressemble le plus à Macron, ce n’est pas Brutus, c’est Macron. Naevius Sutorius Macro, dit Macron, haut fonctionnaire (si si) devenu, à la faveur d’une révolution de palais, le conseiller de Tibère, empereur détaché des affaires courantes, il finira par l’assassiner… C’est en tout cas ce que prétend Tacite, même si Suétone dit le contraire. Ce qui est certain, c’est que ce Macron, personnage mineur de l’histoire romaine, mettra fin à ses jours et à ceux de sa femme sous la pression de Caligula. On ne souhaite cela ni à son homonyme ni à Brigitte qui, elle, m’apparaît à chaque nouvelle critique de goujats machistes plus sympathique encore.
Poussé par les Gracques, club discret de hauts fonctionnaires (les Gracques !), Macron plaît à ceux qui n’aiment ni Fillon, ni Le Pen, ni aucun de ceux qui prétendent incarner la gauche. Macron le patricien, qui après avoir franchi toutes les étapes du cursus honorum se présente en tribun adepte d’un populisme désinvolte. Macron qui quitte un gouvernement qu’il a marqué de son empreinte comme on franchit le Rubicon en déclamant Alea jacta est ! Macron, qui n’assume rien mais promet tout, avec la fougue d’un conquérant juvénile et le cynisme d’un vieux routier (si j’ose dire, s’agissant du promoteur des autocars).
De quoi restera-t-il le nom ? D’une révolution manquée ou d’une victoire éclair ? D’une trahison misérable ou d’une ambition démesurée ? Personne ne peut le dire aujourd’hui. Car une chose est sûre depuis le début de cette campagne : en matière politique, au moins autant que nos ancêtres les Romains, nous sommes fous, nous les Gaulois.
Edouard Philippe maire du Havre et député LR
Source: Libération

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*