France : Primaire à droite. Sarkozy votera Fillon, papy Juppé fait de la résistance…

papy_juppe_01chacun savait que les sondages n’étaient pas fiables ! Devinette : qu’est-ce qui ne fonctionne pas, que tout le monde utilise, puis que tout le monde vilipende parce ce que cela ne fonctionne pas ? Réponse : les sondages. Dernier exemple en date avec l’arrivée de François Fillon en tête

Voici les résultats partiels de la primaire de la droite et du centre à minuit :
1- François Fillon (44,2%) (1.698.565 votes)
2- Alain Juppé (28,4%) (1.092.713 votes)
3- Nicolas Sarkozy (20,7%) (794.919 votes)
4- Nathalie Kosciusko-Morizet (2,6%) (98.233 votes)
5- Bruno Le Maire (2,4%) (92.285 votes)
6- Jean-Frédéric Poisson (1,5%) (55.920 votes)
7- Jean-François Copé (0,3%) (11.457 votes)

Votes blancs et nuls : 8789

Nombre de votants provisoire : 3.844.092

Fillon : chacun savait que les sondages n’étaient pas fiables !

Et pourtant le business a continué comme d’habitude

Devinette : qu’est-ce qui ne fonctionne pas, que tout le monde utilise, puis que tout le monde vilipende parce ce que cela ne fonctionne pas ? Réponse : les sondages. Dernier exemple en date avec l’arrivée de François Fillon en tête de la primaire de la droite et du centre que les sondeurs n’ont pas vu venir, ou alors le dernier jour, et encore. Devant ce plantage avéré – et annoncé par Fillon lui-même – les médias finiront-ils par ne plus utiliser les sondages ? Bien sûr que non.

“Sondeur, métier à risque ? Après le Brexit, après Trump, voici François Fillon qui est en tête des intentions de vote” s’étonnait Laurent Delahousse hier soir lors de l’émission de France 2 consacrée aux résultats de la primaire de la droite et du centre. Et de lancer cette remarque à Brice Teinturier, patron d’Ipsos présent sur le plateau : “vous faites vraiment un métier compliqué en ce moment…” C’est vrai qu’on peut compatir : personne n’avait vu venir Fillon en première position et ce très loin devant les autres candidats. Selon les derniers résultats, l’ancien “collaborateur” et Premier ministre de Nicolas Sarkozy a récolté 44% des voix quand Alain Juppé en comptabilise 28% et Sarkozy 20%. N’empêche : Teinturier réfute tout plantage – tout comme son confrère de l’Ifop Frédéric Dabi sur le plateau d’iTELE.

Leur principal argument ? Ipsos avait bien noté la percée de Fillon durant les derniers jours jusqu’à le donner en tête le 18 novembre dans un dernier sondage. Ce qui n’est pas faux. A en croire le graphique publié sur le site du Monde, Ipsos annonçait ce jour-là Fillon à 30% quand Sarkozy et Juppé étaient ex æquo avec 29% (soit une différence dans la marge d’erreur). Une remontée, certes, mais loin des résultats du scrutin. D’autant que deux jours plus tôt, l’Ifop plaçait Juppé à 36, Sarkozy à 29 et Fillon à 22. Un sondage de BVA assurait que Juppé confirmait son statut de favori. Le chouchou des sondés avait d’ailleurs commencé très tôt : le 27 septembre, l’AFP…

Afrique Monde

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*