François Hollande en visite chez les Francs-Maçons

F. Hollande va remercier les francs-maçons pour leur adoubement en 2011 et fêter E. Macron

C’est la première fois de la Ve République qu’un président en exercice répond à l’invitation d’une loge maçonnique. François Hollande s’y était déjà rendu fin 2011, en tant que candidat.

 En une fin de quinquennat quelque peu poussive par sa volonté de ne pas se représenter, François Hollande multiplie les déplacements, parfois surprenants. Après avoir visité le désert de l’Atacama en pleine primaire PS et tancé Donald Trump depuis le parc Disneyland-Paris, le président de la République va briser un tabou historique de la cinquième république ce lundi en se rendant officiellement au siège de la plus puissante loge maçonnique, à savoir le Grand Orient de France, rue Cadet à Paris. Il s’agit de fêter l’anniversaire des 300 ans de la Franc-Maçonnerie moderne: François Hollande assistera donc à une cérémonie intitulée «300 ans de Franc-Maçonnerie, 300 ans d’Émancipation» indique le journaliste François Koch, spécialiste du sujet.

Le chef de l’État devrait passer une heure au siège de la loge, et interviendra aux côtés de l’actuel grand Maître Christophe Habas. L’idée de cette visite serait née en novembre 2016, lors d’un entretien entre le chef de l’État et le Grand maître. François Hollande ayant manifesté son souhait de visiter le musée de la rue Cadet, les deux hommes sont tombés d’accord pour cette visite. Le président fait d’une pierre plusieurs coups puisqu’il rencontrera par la même occasion les représentants de 17 loges d’obédiences diverses.

C’est la première fois depuis la seconde guerre mondiale que le chef de l’État en France va rencontrer officiellement les Francs-Maçons. Si les hommes politiques sont nombreux à en être membres, une distance prudente sépare officiellement le pouvoir politique des réseaux maçonniques. Ce qui n’empêche pas les frères d’avoir régulièrement leur mot à dire, comme lorsqu’ils avaient soutenu l’initié Manuel Valls face à l’Élysée, dans son combat pour l’interdiction des signes religieux à l’université.

Cette visite intervient en tout cas dans un contexte de fragilisation de la tradition laïque du débat politique français, marquée par le ciblage de l’Islam, l’inquiétude de compromis avec le communautarisme ou encore l’affichage de la foi de certains candidats. François Hollande, lui, connaît déjà les lieux. Encore candidat à la présidentielle, le 22 novembre 2011, le socialiste avait été invité, tout comme Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, François Bayrou, Hervé Morin ou encore Nicolas Dupont-Aignan. Il était venu promettre au Grand Orient d’inscrire la séparation des Églises et de l’État dans la constitution. Une promesse jusqu’ici non tenue, qui pourrait bien lui être reprochée ce lundi.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*