Frappes françaises en Syrie : Une facture de 16 millions d’euros de missiles dernier cri…

Racket fiscal tout azimut, pas d’argent pour les cheminots, ni pour les hôpitaux et le personnel médical, ni pour les professeurs et écoles, diminution drastique des aides sociales, etc. ;  mais pour une guerre totalement illégale, si !

Pour frapper plusieurs sites en Syrie dans la nuit de vendredi à samedi, l’armée française a utilisé 6 navires, 17 avions et 12 missiles de croisière. Ces missiles, dont 3 tirés depuis un navire – une première pour la France – auront coûté un peu plus de 16 millions d’euros.
Sur les 105 missiles tirés sur des installations syriennes par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, 12 l’ont été par les forces tricolores. Dans le détail, 9 missiles Scalp, d’une portée de 250 km, ont été tirés par les 9 avions Rafale engagés et 3 missiles de croisière navals MdCN, d’une portée de 1000 km et « d’une précision de l’ordre du métrique », ont été tirés par la frégate multimissions Aquitaine, déployée en Méditerranée orientale.
Cet armement de pointe a un coût : un peu plus de 16 millions d’euros pour les 12 missiles tirés par la France. En effet, les 9 missiles Scalp ont un coût unitaire de 850.000 euros, selon plusieurs médias, et les missiles MdCN coûtent 2,86 millions par unité, selon le projet de loi de finances 2015. Soit un total de 16,23 millions d’euros, sans compter les autres coûts de l’opération, notamment la mobilisation des avions de chasse et des navires.
Leur portée de 400 km, leur puissance et leur capacité à transpercer des bâtiments blindés ou des bunkers expliquent le coût de ces missiles proche du million d’euro. La France en a commandé 500 en 1998, mais 3000 unités ont été vendues dans le monde (Royaume-Uni, Italie, Grèce, Arabie saoudite, Maroc).
Seuls la France, le Royaume-Uni et les États-Unis disposent de missiles de croisière navals
Les missiles tirés depuis le navire français, sont également fabriqués par MBDA. Dérivés des missiles Scalp, ces missiles de croisière navals « MdCN » ont été conçus pour être lancés depuis des frégates ou des sous-marins et n’avaient jamais été utilisés avant les frappes françaises en Syrie. Côté américain, c’est le célèbre « Tomahawk », déjà utilisé lors des frappes américaines en Syrie de 2017, qui remplit ce rôle.
Avec une portée de 1000 kilomètres, ces missiles mer-sol permettent donc de se passer d’avion pour bombarder des cibles ennemies. Seuls la France, le Royaume-Uni et les États-Unis possèdent cette capacité.
Voltigeur

: Afrique Monde

In the Spotlight

Miguel Diaz-Canel élu Président de Cuba avec 99,99% des voix

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Les parlementaires cubains ont annoncé jeudi qu’ils avaient élu Miguel Diaz-Canel pour succéder au Président sortant Raul Castro. Avec 603 sur 604 voix, Miguel Diaz-Canel a été élu au poste de Président cubain, ont déclaré ce jeudi [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*