Fusillades de masse aux Etats-Unis : toujours pire

Fusillades de masse aux Etats-UnisFusillades de masse aux Etats-Unis top elementL’horreur peut se mettre en statistiques et en graphiques  : les fusillades de masse aux Etats-Unis sont répertoriées depuis 2013 sur le site Mass Shooting Tracker, qui agrège toutes les fusillades où quatre personnes au moins (tueur compris) ont été blessées ou tuées.

Un tableau dans lequel s’intègrent à une vitesse sidérante les tueries par armes à feu, notait déjà Rue89 en 2015  : plus d’une par jour, avec en points culminants l’an dernier les 14 personnes assassinées à San Bernardino (Californie) et 17 personnes tuées le 17 juin à Charleston(Caroline du Sud) dans une église de la communauté noire.

Les fusillades de masse aux Etats-Unis en 2016, par mois: tués et blessés

Les fusillades de masse aux Etats-Unis en 2016, par mois : tués et blessés – Mass Shooting Tracker

Comme le montre le graphique ci-dessus, le massacre homophobe d’Orlando dimanche a fait passer juin 2016 en tête comme mois le plus meurtrier du semestre, et même, si on regarde les tableaux antérieurs, comme le plus meurtrier depuis 2013 et le début des recensions du site.

En 2015, le pire mois en morts comme en blessés a été juillet, avec 172 blessés et 52 morts.

Les fusillades de masse aux Etats-Unis en 2015, par mois: tués et blessés

Les fusillades de masse aux Etats-Unis en 2015, par mois : tués et blessés – Mass Shooting Tracker

En nombre de blessés, malgré la tuerie du 12 juin, on est pourtant encore loin des pires mois  : août 2014 a été le plus grave des quatre années étudiées, avec 187 blessés. Les auteurs de Mass Shooting Tracker soulignent vouloir considérer les blessés autant que les morts pour ne pas biaiser les statistiques selon que la fusillade a lieu près ou loin d’un centre de soins, ce qui fait souvent une forte différence dans la proportion de vies sauvées, et pour prendre en compte le fait que même survivantes, de nombreuses victimes gardent de lourdes séquelles.

Par ailleurs, si des massacres comme ceux de Charleston, San Bernardino ou Orlando sont fortement médiatisés, observent-ils, beaucoup de fusillades «  ne reçoivent pas plus qu’une journée de couverture par des médias locaux  ».

Le site ne cache pas sa volonté militante contre l’épidémie de violence par armes à feu aux Etats-Unis, critiquant la NRA, le puissant lobby des marchands d’armes, les politiciens (en 2015 le Congrès a empêché les chercheurs du CDC de travailler sur les causes de cette épidémie) et les médias qui ne s’intéressent qu’aux plus «  gros  » massacres par armes à feu.

Sur la facilité d’accès aux armes qui permettent ces tueries, le New York Times publie un récapitulatif des principales tueries des dernières années : il expose comment les meurtriers se sont procuré leurs armes. Edifiant.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*