Galaye Sall, prof de pédiatrie à l’Ucad : Plus de 3 000 enfants sont morts de pneumonie en 2014

Galaye Sall, prof de pediatrie l’Ucad«C’est inadmissible qu’il y ait 27 mille décès d’enfants au total au Sénégal en 2014, dont 3 000 à 3 500 enfants âgés de 0 à 5 ans morts de la pneumonie». L’annonce est du Pr Galaye Sall, qui s’exprimait hier lors d’une conférence de presse pour marquer la Journée mondiale de la pneumonie, célébrée le 12 novembre dernier.

Au Sénégal, chaque année 3 000 à 3 500 enfants de moins de 5 ans meurent de pneumonie, soit 12% des décès et 10 décès d’enfant par jours, une tranche d’âge qui représente 19,4% de la population.

L’annonce a été faite hier par Dr Aïda Gadiaga lors d’une conférence de presse pour marquer la Journée mondiale de la pneumonie, célébrée le 12 novembre dernier sur le thème «Accélérer le rythme : on combat la pneumonie pour sauver l’enfant».

De l’avis du Dr Gadiaga, «c’est un crime que de laisser les enfants mourir de pneumonie, du moment où c’est une maladie évitable, alors que le nombre de décès annuels d’enfants dus à cette affection est de 3 000». 

10 enfants meurent par jour de pneumonie

Pour Pr Galaye Sall, «il y a des avancées fortes en matière de lutte contre la mortalité infantile, mais c’est inadmissible qu’il y ait 27 mille décès d’enfants au total au Sénégal en 2014, dont 3 000 à 3 500 âgés de 0 à 5 ans morts de la pneumonie».

Selon lui, 10 enfants meurent de pneumonie par jour et le drame n’est pas noté chez ceux qui arrivent à l’hôpital, mais ceux qui décèdent encore à domicile. Ce qui est un problème dans notre pays qui note des avancées importantes sur la survie de l’enfant.

Alors qu’en matière de traitement curatif, il ne s’agit pas pour le Professeur Sall de courir après la maladie, le problème c’est de faire le maximum d’efforts pour éviter la survenue de cette maladie.

«Il y a beaucoup d’interventions simples à notre portée qu’on doit aider à promouvoir : le lavage des mains, lutter contre la pollution atmos­phérique, promouvoir la vaccination, la bonne alimentation des enfants», a-t-il suggéré. 

Par conséquent, pour protéger les enfants de moins de 5 ans qui souffrent le plus de cette maladie infectieuse, le point focal Survie de l’enfant et le ministère de la Santé et de l’Action sociale invitent à un allaitement maternel exclusif, une nutrition adéquate et à veiller à la réduction de la pollution de l’air, car l’allergie augmente la pneumonie.

Mais surtout faire recours, entre autres, à la vaccination retenue dans le Programme élargi de vaccination (Pev) depuis 2013, à la Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (Pcime), une approche communautaire avec l’utilisation des dispensateurs de soins à domicile.

Il faut également préconiser la promotion et la sécurisation des produits d’importance vitale mère-enfant pour combattre la pneumonie chez l’enfant de moins de 5 ans au Sénégal et insérer une vaccination contre la diarrhée dans le Pev. 

Pour rappel, selon le directeur de la Prévention, Mamadou Ndiaye, «la pneumonie est une maladie très grave et mortelle, qui est l’une des causes majeure chez les enfants de moins de 5 ans et (constitue) 25% des décès néonataux. Elle se transmet par voie aérienne et se manifeste par une toux, une fièvre, une douleur thoracique, entre autres». 

 Habibatou WAGNE
hwagne@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*