Gambie: à Kanilai, des manifestants s'opposent aux forces de l'ordre

Kanilai, le village natal de Yahya Jammeh, s’inquiète de son avenir.

Un affrontement s’est déroulé, ce vendredi 2 juin, à Kanilai, en Gambie, entre les habitants et les forces de l’ordre. Située à l’Est de Banjul, Kanilai est la ville natale de Yahya Jammeh, et le fief de ses plus fidèles supporters.

C’est dans cette région que l’APRC, le parti de l’ancien président, a gagné ses seuls sièges lors des dernières élections législatives, et tient encore ses meetings. Et, depuis le départ du dictateur, les forces de la Micega, la mission de la Cédéao en Gambie, sécurisent la ville et ses alentours. Une situation insupportable pour les fidèles de l’ancien président.

Les habitants de Kanilai et des villages des environs se sont rassemblés dans l’après-midi pour une manifestation. Ils ont mis le feu à des pneus sur la route et ont commencé à marcher pour protester contre la présence de l’armée gambienne ainsi que de soldats de la Cédéao dans la région, une présence, selon eux, injustifiée et illégitime.

Le ton est monté

Et, c’est au cours de ce rassemblement, que le ton est monté avec les forces de l’ordre. Selon l’armée gambienne, des propos injurieux ont été tenus. Et les forces de la Micega ont finalement ouvert le feu sans qu’il soit possible pour l’instant d’établir exactement dans quelles circonstances.

Le calme revient dans la soirée

Au moins cinq personnes ont été blessées parmi les manifestants, dont trois gravement qui sont actuellement soignées à l’hôpital de Banjul. Le calme est finalement revenu à Kanilai dans la soirée. Ce n’est pas la première fois que des incidents se déroulent dans la région. Le mois dernier, trois soldats gambiens avaient été blessés par arme à feu à cause d’un problème de communication avec les forces de la Cédéao qui tentait de pénétrer dans la résidence de l’ancien président. Les leaders de l’APRC, le parti de Yahya Jammeh, précisent qu’ils ne sont pas à l’origine de la manifestation de ce vendredi.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*