Général Başbuğ : les USA dirigent le PKK depuis l’emprisonnement d’Öcallan

Alors qu’il séjourne à Washington pour participer à diverses conférences, l’ancien chef d’état-major turc, le général İlker Başbuğ, a déclaré qu’à son avis, les États-Unis et Israël ont arrêté Abdullah Öcallan en 1999 pour prendre le contrôle du PKK.

Le général Başbuğ est un kémaliste, formé à l’Académie militaire de Sandhurst (Royaume-Uni). À la fin de la Guerre froide, il considéra que son pays n’avait plus de raison de servir automatiquement l’Otan et, soucieux de diversifier ses alliances, il prit contact avec l’état-major chinois. Avec tous ceux qui avaient participé à ces contacts, il fut arrêté en 2013 et accusé d’appartenir au réseau Ergenekon de l’Otan. À l’issue de sept mois de réclusion, il fut libéré et l’ensemble du procès Ergenekon fut annulé [1].

Selon lui, le PKK était manipulé par les services secrets syriens durant l’exil d’Öcallan à Damas (de 1979 à 1999), mais il est progressivement devenu un outil des USA depuis l’emprisonnement du leader communiste en Turquie.

Les instances dirigeantes du PKK furent déplacées de Syrie au Danemark jusqu’en 2010. Elles réapparurent en 2013 au Nord de la Syrie, en zone occupée par les États-Unis.

Au cours des dernières années, le PKK a abandonné sa doctrine marxiste-léniniste pour adopter l’idéologie anarchiste de l’États-unien Murray Bookchin. L’organisation d’extrême-gauche est ainsi devenue de droite et collabore avec l’Otan [2]

Plusieurs anciens membres du PKK ont assuré le Réseau Voltaire qu’Öcallan était effectivement étranger à ce retournement à 180 degrés.

Source

In the Spotlight

Bolloré vole 1,5 milliard au fisc sénégalais

by Babacar Diop in A LA UNE 0

Bolloré pris en flagrant délit de fraude fiscale ! C’est ce que révèle Libération en une de sa parution du jour. Un contrôle a permis aux services des impôts et domaines de déceler de nombreuses [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*