GO Macky, le nouvel amour de Demba Dia

Demba Dia, comme musicien, ça se pose là. A part deux ou trois trucs qu’on se plaisait à siffloter, il y a 20 ans, rien de nouveau sous les tropiques et rien de solide dans le domaine artistique.Demba dia
Sinon louer du matériel sono. Juste cette impression d’un grand gosse en train de jouer avec ses propres jouets, ou celle d’un homme riche et amateur de musique qui passe le temps à se faire plaisir avec des instruments de musique et ses femmes toutes miss ou «missisées». Sur le plan politique en revanche, Demba Dia est acrobate. Que dis-je ? Un génie. Si tant est qu’on peut appeler ainsi un leader qui ne fait qu’avec les gagnants, et ne met même pas de gants pour le faire comprendre à son monde. Il ne roulerait que pour lui-même, et à travers des déclarations au gré du jour, qui donneraient le tournis même aux girouettes les plus robustes, parvient à s’arracher l’intérêt de tous ceux dont les noms raisonnent.
Aussi bien dans la marabouterie (cela lui a déjà valu un titre de Cheikh) que dans les hautes sphères de l’Etat, où il avait réussi à être à tu et à toi avec Wade. Mais une fois ce dernier battu par des élections, adieu amitié, privautés et complicité. Le regard est tourné ailleurs et les déclarations sont sans équivoque. Dernière en date ? Son interview lors d’une émission télé ce weekend, dans laquelle il dit tout haut ce que beaucoup de politiques font tout bas, tout en assumant sa phobie des non-partants et des loosers. Pour l’artiste richissime, maintenant c’est Macky puisque «mo khew thi diamono» (sic). Mais, une fois que cette baraka l’aura quitté, il redeviendra simple mortel, comme tout le monde. Alors pourquoi le Président semble lui courir derrière ? Mystère et boule de gomme, car ce n’est certainement pas sur le nombre de militants de son parti que l’Apr compte gonfler ses rangs.

Cébé

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*