Guerre en Irak: le rapport Chilcot publié

chilcot_paGuerre en Irak: le président de la commission d’enquête Chilcot souhaite que “des analyses minutieuses soient dorénavant nécessaires avant le déclenchement d’une guerre”.

Attendu depuis sept ans, le rapport de la commission d’enquête sur l’engagement controversé du Royaume-Uni dans la guerre en Irak en 2003 est publié mercredi.

Ce rapport de 12 volumes examine l’action de Tony Blair et les conditions de l’entrée en guerre du Royaume-Uni décidées alors par l’ex-Premier ministre.

Le président de la commission d’enquête a dit “espérer que dans le futur, une action militaire d’une telle ampleur ne soit possible qu’avec une analyse et un jugement politique plus attentifs.”

Sir John Chilcot a déclaré à la BBC qu’il critiquerait les individus comme les institutions.

Il a ajouté qu’il espérait que ce rapport aiderait à répondre aux questions des familles des 179 Britanniques morts entre 2003 et 2009.

Le rapport de 12 volumes examine l'action de l'ex-premier ministre Tony Blair
Image captionLe rapport de 12 volumes examine l’action de l’ex-premier ministre Tony Blair

Tony Blair mis en cause

L’ancien Premier ministre Tony Blair pourrait être amené à présenter des excuses aux opposants politiques de la guerre, ainsi qu’aux parents de ceux qui ont été tués au cours des six années durant lesquelles les troupes britanniques étaient basées en Irak.

Le rapport, décrit comme “une tâche absolument gigantesque” par Sir John, a été remis au Premier ministre David Cameron.

Il sera disponible en ligne sur le site web de l’enquête en Irak suite à la déclaration officielle de Sir John Chilcot énonçant ses conclusions.

L'engagement du Royaume-Uni dans la guerre en Irak en 2003 avait été très controversé Image copyright
Image captionL’engagement du Royaume-Uni dans la guerre en Irak en 2003 avait été très controversé

La guerre en Irak

Les États-Unis, qui ont conduit l’intervention en mars 2003, ont perdu 4 487 personnes au service de la guerre. Les chiffres sur les décès irakiens varient de 90.000 à plus de 600.000 personnes.

La guerre, qui a duré environ six semaines, a mis fin aux 25 ans de régime de Saddam Hussein en Irak, mais les retombées du conflit ont déclenché des années de violence et entraîné des milliers de victimes.

Une des pires attaques a eu lieu le week-end dernier, perpétrée par les militants de l’État islamiques qui contrôlent des pans entiers des territoires irakien et syrien. Ils ont lancé un attentat suicide dans la capitale irakienne, Bagdad, tuant plus de 250 personnes.

Le rapport est long de 2,6 millions de motsImage copyrightGETTY
Image captionLe rapport est long de 2,6 millions de mots

Les points clés du rapport

Sir John a indiqué que le rapport, long de 2,6 millions de mots, était un “compte-rendu fiable” des décisions qui ont conduit à la participation du Royaume-Uni à la guerre.

Sir John a déclaré que le rapport contenait des recommandations sur la prise de décision politique, la diplomatie, la collecte de renseignements et la planification militaire.

“Ma principale attente est qu’il ne soit plus possible à l’avenir de se livrer à une action militaire ou diplomatique d’une telle ampleur et d’une telle gravité, sans une analyse et une évaluation très prudente et un jugement politique collectif.”

“Il y a beaucoup de leçons dans le rapport, mais qui c’est probablement la plus importante pour l’avenir.”

BBC

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*