Guinee-Aucune piste de sortie de crise pour arrêter la descente aux enfers

La Guinée renoue avec les manifestations de rue et leurs cortèges de pertes en vies humaines, de blessés et de destructions matérielles. Le climat sociopolitique devient extrêmement tendu et potentiellement explosif suivi d’allégations dangereuses de tentatives d’assassinat ciblées. 

Cette triste réalité donne l’effroyable impression qu’il n’existe presqu’aucune piste de sortie de crise pour arrêter cette descente aux enfers. Cela est devenu une tradition accommodante, d’entendre des appels à des actions de ville morte, de protestations, de grève…tous aussi défiants que les menaces du gouvernement à l’endroit des opposants et autres ‘’fauteurs de troubles’’.

Cependant, ce qui semble être plus écœurant, c’est le mutisme affiché par la magistrature suprême du pays, le leadership de l’assemblée nationale, de la primature, de la société civile, des chefs religieux…qui semblent avoir déjà abandonné le ‘’navire Guinée’’ qui chavire.

La politisation à outrance de la société guinéenne, sous fond d’ethnocentrisme constitue depuis belle lurette un sérieux obstacle à la stabilité et au développement de la nation.

En effet, quels que soient les efforts consentis pour construire une Guinée émergente, les crises et les malsaines manœuvres politiques seront toujours des barrières contre nos légitimes ambitions de bien-être.

La démocratie qui devait nous ouvrir les portes d’un libre et judicieux choix de notre leadership, est devenue le terreau où poussent tous les extrêmes.

Aujourd’hui, nous ne sommes plus  des compatriotes ou concitoyens guinéens animés d’un idéal commun. Nous sommes des groupes ethniques manipulés et utilisés comme arme de destruction par les politiques.

Un mépris flagrant et déshonorant à l’encontre de la nation et des lois de la République s’est développé partout dans le pays, en toute impunité. Désormais, ce sont les promoteurs du communautarisme fondamentaliste qui clament sans aucune retenue, qu’un ‘’allogène’’, citoyen guinéen à part entière, n’a pas le droit d’occuper une fonction de maire dans leur ‘’région’’.

Aucun acte de courage, de patriotisme, de pragmatisme, de sincérité n’apparaît pour redonner espoir au peuple de Guinée, quant à l’importance du vivre ensemble et de la cohésion sociale. Malgré les dénonciations d’un certain membre du gouvernement, les voix de la raison et de la vérité ont laissé la place à celles de la démagogie et de la lâcheté.

Néanmoins, nous espérons que les coordinations régionales, qui sont un repère solide pour les différentes composantes de la nation, auront la hauteur de convoquer, cette fois-ci, une conférence nationale apolitique sur les graves dangers de l’éthnocentrisme. Une rencontre qui pourrait avoir comme but de sensibiliser notre société, de nous rappeler les liens séculaires de fraternité, d’alliances, d’union…qui furent la caractéristique de notre belle diversité. Une grande opportunité se présente au leadership de ces coordinations pour qu’il ait la grandeur et l’impartialité de monter au créneau pour sauvegarder le tissu social.

L’heure est arrivée pour mettre la « balle à terre » et rappeler tout le monde à l’ordre pour prévenir un chaos aux conséquences dévastatrices.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*