Guinée Quand l'hésitation de Condé motive la course chez les marabouts!

Alpha CondéRéélu à l’issue de la présidentielle du 11 octobre dernier, le président Alpha Condé peine à former son gouvernement. Il dit prendre le temps, pour mettre la bonne personne à la bonne place. Une attente qui met à dure épreuve la patience des ministrables, obligés de faire des tours chez les marabouts pour connaitre leur sort.

Suspicions, nuits blanches; voilà le quotidien des hauts cadres de l’État de la Guinée qui se perdent entre lobbyings auprès du chef de l’État, battage médiatique et négociations secrètes. Cependant, le site guinéen Guinéenews.org, croit avoir une idée plus précise de la principale occupation des barons guinéens en attendant la formation d’un nouveau gouvernement.

Condé prend son temps

Réélu avec 57,84% des voix à l’issue du scrutin présidentiel d’octobre dernier et investi le 3 novembre, Alpha Condé prend son temps pour désigner ses futurs collaborateurs. D’ailleurs, il en a du temps, puisqu’il ne prêtera serment que le 14 décembre prochain selon la Cour constitutionnelle. Si en Côte d’Ivoire, Ouattara a reconduit sans trop de tractations son ancien gouvernement, tel ne sera visiblement pas le cas pour le Guinéen Alpha Condé.

Tout comme le Nigérian Muhammadu Buhari, Alpha Condé se veut regardant sur la formation de sa nouvelle équipe gouvernementale. C’est dans cette optique que le chef de l’État continue les “consultations nationales et internationales”. Il veut ainsi asseoir son nouveau gouvernement sur des choix stratégiques en se basant sur les compétences de ses futurs collaborateurs.

La course chez les marabouts

Si Alpha Condé traine le pas avec les consultations, pour les potentiels nouveaux cadres du gouvernement, il n’est pas aisé d’attendre tranquillement que le chef de l’État se décide de qui fera partie ou non de la nouvelle équipe.

Pour garantir sa chance de participer au prochain gouvernement, les cadres n’hésitent pas à faire recours aux services des marabouts; une pratique assez courante en Guinée. Pour certains demandeurs de ces services, c’est pour maintenir leur poste de ministre, pour d’autres c’est pour en avoir.

Un Guinéen proche des affaires politiques a indiqué sous anonymat qu’il estime aussi être ministrables et compte ne plus négliger sur les moyens que les autres ont employés pour gagner le cœur du président Condé. “Nous avons négligé ce qu’ils ont toujours fait en terme de maraboutage pour gagner le cœur du président de la République. Nous allons utiliser les mêmes méthodes, s’il le faut, puisque même si l’on a des compétences avérées et des appuis au sommet, ça ne suffit pas parfois”; a-t-il indiqué.

Toujours sous anonymat, un ministre sortant, se veut plus modéré. “Il est toujours bon de faire des sacrifices. Mais le plus important c’est d’avoir foi en Dieu, le tout miséricordieux.”

Si certains cadres se contentent de consulter les marabouts locaux, d’autres n’hésitent pas à franchir les frontières guinéennes à la recherche de meilleurs services. Ainsi, au détriment de l’éthique et de la morale, les hauts gradés sont capables de presque tout pour se garantir une place dans les sphères décisionnelles de la nation.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*