IMPAIR – Application de la parité sur les listes électorales des Locales : L’Onp déplore l’anomalie de Touba

Le non-respect de la parité sur  la liste de Touba aux élections locales de juin 2014 exaspère l’Observatoire national sur la parité. Cette exception à la règle constatée par l’Onp constitue, à ses yeux, une anomalie pour sa présidente qui trouve la situation difficile pour le Sénégal qui devrait montrer la voie aux autres pays africains.

La validation de la liste de Touba qui n’a pas respecté la parité sur les listes des candidats  aux élections locales de 29 juin 2014 cristallise toujours l’actualité politique sénégalaise. L’Observatoire national de la parité (Onp) déplore une anomalie qui fausse le jeu politique sénégalais.

La présidente de l’Onp regrette cette situation constatée dans un contexte où le Sénégal est attendu au niveau de l’Union africaine sur l’application de cette loi. «C’est assez difficile dans la mesure où c’est une situation d’anomalie  qui a été constatée.

C’est aussi  difficile pour le Sénégal qui est très attendu sur la loi sur la parité. A l’Union africaine, on avait demandé au Sénégal d’indiquer la voie aux autres pays et de faire le point régulièrement sur la parité»,  a déploré Fatou Kiné Diop, présidente de l’Onp en marge d’un atelier de partage  et de consolidation des stratégies et outils d’observation de la parité hier.

«Vous comprendrez notre regret mais le Sénégal est un pays assez mûr. Les obstacles vont être surmontés», se convainc-t-elle.

En attendant de trouver des solutions, l’Onp se limitera à son rôle d’alerte et de veille sur la question. L’Onp a saisi la Commission électorale nationale autonome (Cena), conformément à ses prérogatives, pour lui demander de fournir des informations sur les actions qu’elle va mener pour corriger cette imperfection.

L’Onp estime qu’il n’a pas d’avis particulier à donner sur cette liste «parce que son rôle est de constater les anomalies, de les relever, d’alerter et de formuler des recommandations».

«Nous allons faire le monitoring de la situation de manière générale mais cela suppose détenir l’information. L’information globale, nous ne l’avons pas encore, nous sommes en train de la collecter auprès des différents acteurs», soutient Mme Diop.

«Et c’est après que nous saurons exactement les foyers de difficultés et à  partir de ce moment, conformément à notre mission, nous formulerons les recommandations nécessaires afin que prochainement on ne soit pas confronté à de pareilles difficultés», promet-elle.

Députée à l’Assemblée nationale, Ndèye Awa Mbodji reste  confuse en observant cette liste de la capitale du mouridisme «qui a fait fi de la loi sur l’égalité des sexes».  «Depuis deux jours, je ne sais plus quoi dire sur la parité. Il y a des changements qui m’ont tellement pris à cœur. Vraiment, je ne peux pas m’expliquer ce problème de liste de Touba, je ne sais quoi dire. Je reste étonnée», confie-t-elle.

  • Écrit par  Khady SONKO

ksonko@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*