Incident à bord d’un vol de la South African Airways : Dakr évite un crash

Le comportement de Mansour Elimane Kane à bord d’un avion de la South African Airways prend un nouvel envol. Furieuses, les autorités sud-africaines sont revenues à la charge en menaçant de supprimer la desserte de Dakar avant d’être tempérées par le gouvernement sénégalais. Cette situation place le ministre des Transports terrestres dans une zone de fortes turbulences.

Au plus haut sommet de l’Etat, on n’en revient toujours pas : Le comportement de Mansour Elima­ne Kane, ministre des Infrastruc­tures, Transports terrestres et du Désenclavement, à bord d’un avion de la compagnie South African airways continue de soulever des interrogations dans l’espace présidentiel.

Vendu comme un éminent banquier, Mansour Elimane Kane, qui a voulu voltiger au-dessus de son statut de ministre, est désormais sous un ciel rempli de nuages d’incertitudes. 

Probablement, son geste risque de l’entraîner dans une situation de fortes turbulences dans les prochaines heures.

En attendant, il a failli provoquer un «incident» entre la compagnie sud-africaine et le Sénégal. Finale­ment, les autorités sénégalaises ont réussi à désamorcer la crise en se pliant «presqu’à quatre» pour faire revenir à de meilleurs sentiments les responsables de la South African Airways. Après l’incident de l’avion, elles avaient décidé de supprimer la desserte de Dakar et renforcer leur présence à Praia.

On imagine déjà le pire : Car elle fait partie des compagnies fortes présentes à Dakar à travers surtout sa ligne qui dessert Washington. Finalement, on a circonscrit l’incident au grand bonheur des autorités aéronautiques. Lui reste, néanmoins, confiné dans des zones de turbulences. 

D’après des interlocuteurs, il peut même afficher le sourire. Dans d’autres pays, il serait déjà en prison après avoir mis en danger la sécurité des voyageurs. Aux Etats-Unis, Mansour Elimane Kane serait en train de méditer son sort au gnouf à cause de la sévérité de la législation sur les transports aériens.

On l’aurait descendu, dit un expert, de l’avion pour procéder à son arrestation. Dans tous les vols, les appels téléphoniques sont interdits à cause des interférences qu’ils peuvent provoquer entre la tour de contrôle et la cabine des pilotes. Ce jour-là, le ministre des Transports terrestres a dû oublier ces règles élémentaires qui sont rappelées systématiquement aux passagers avant le décollage des avions. 

En tout cas, un Nigérien a perdu son poste de ministre de l’Aéronautique dans de telles circonstances. A bord d’un vol de l’ex-Air Sénégal international (Asi), il avait menacé les membres de l’équipage qui assuraient la sécurité de leur vol. Après l’escale de Ougadougou, après un décollage de Dakar, il s’était entiché d’une femme d’affaires qui voyageait en «classe éco».

Au moment de rallier Niamey, on avait demandé aux voyageurs de reprendre leur vol. Puissant, il avait demandé à la femme de rester avec lui en classe «business» malgré l’insistance du personnel de bord après avoir menacé de mettre fin aux dessertes d’Asi dans la capitale nigérienne. On connaît l’épilogue : Il a chuté en plein vol après que l’ex-Président Mamadou Tandian l’a limogé. 

La South African Airways menace de supprimer la desserte de Dakar
Dans les couloirs du pouvoir, on continue de faire un parallélisme entre les deux affaires. Sans oser aboutir aux mêmes conclusions. Il est, par contre, assez évident que cette affaire continue de charrier beaucoup de commentaires.

En jetant un coup d’œil sur son parcours qui l’a mené jusqu’à la direction des Investissements pour l’Afrique à la Banque mondiale, l’incompréhension se mêle évidemment à l’indignation. 

D’après nos confrères de l’As, le ministre s’est énervé contre le commandant de bord  d’un vol de la South African Airways après avoir refusé d’éteindre son téléphone. Or, Mansour Elimane Kane au bout du fil, avait été interpellé à plusieurs reprises par l’hôtesse qui lui demandait de couper son cellulaire car l’avion devait décoller.

L’hôtesse lui avait même expliqué que cet appel est nocif pour les passagers et qu’il fallait raccrocher et éteindre le téléphone. Face au refus du ministre des Transports terrestres qui faisait semblant de ne pas entendre l’hôtesse, le commandant de bord est intervenu. Cela suffira à mettre Mansour Elimane Kane dans tous ses états.

Selon l’As, il criait sur tous les toits qu’il était le ministre des Infrastructures et qu’il pouvait empêcher l’avion de survoler l’espace du Sénégal. Alors qu’il n’est même pas ministre des Transports aériens. Ces menaces ont poussé le commandant de bord à calmer le jeu pour éviter le pire. Et si on était au décollage de l’histoire ? 

bsakho@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*