Inculpé dans la mort du prisonnier Mawleyni Sané : Le garde pénitentiaire Papa Mor Diané fou ?

La situation se complique davantage pour Papa Mor Diané, l’un des gardes pénitentiaires placé sous mandat de dépôt dans l’affaire de la mort du défunt ex-détenu de Rebeuss Mawleyni Sané. De sources médicales, il a été admis à l’hôpital Universitaire de Fann. Il semble ne plus jouir de ses facultés mentales et ne reconnaît plus personne, même ses plus proches parents.cheikh maleye sanee

 Les informations émanant de son frère Ousmane Diané, sont inquiétantes. «Mon frère est dépassé par les événements et ne reconnaît plus personne», se désole-t-il. Transféré aussitôt après sa garde à vue au Pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec, il est admis hier au service psychiatrique de l’Hôpital Fann et souffre de démence, contractée depuis sa garde-à-vue dans les locaux de la Police. Ainsi, selon une source médicale, «son état de santé s’aggrave-t-il à un rythme insoupçonné». Papa Mor Diané et Thomas Faye, son autre collègue de l’Administration pénitentiaire de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, sont placés sous mandat de dépôt pour actes de barbarie et torture ayant entraîné la mort de Cheikh Mawleyni Sané, tout comme trois anciens co-détenus du défunt. Pour en revenir aux péripéties de cette mort, retenez que le certificat de genre de mort précisait : «Cheikh Mawleyni Sané est mort par strangulation et étouffement mécanique dans un contexte de coups et blessures par objet contondant. Et atteint de multiples plaies contuses au niveau du dos, du cou et du cuir chevelu.»

Autrement dit, on lui a mis quelque chose dans la bouche et le nez pour l’empêcher de respirer. Ainsi, de rebondissement en rebondissement, les circonstances de la mort de Cheikh Maleyni Sané ont fait couler beaucoup d’encre et de salive. En premier lieu, la police est accusée de tortures par l’administration pénitentiaire de ladite prison. Le lendemain, la presse a fait état que Cheikh Maleyni Sané, arrêté dans une affaire de chanvre indien, aurait été tué par ses co-détenus qui l’auraient ligoté et étouffé. Ils lui auraient attaché les mains pour l’étouffer, avant d’appeler les gardes pénitentiaires pour son évacuation à l’infirmerie de la prison où il décèdera peu de temps après. Ces camarades de chambres lui auraient rapproché de les empêcher de dormir par ses cris. Ce n’est qu’après enquête diligentée par le ministre de la Justice, que deux gardes pénitentiaires, Thomas Faye et Pape Mor Diané, ont été accusés du meurtre du défunt détenu.

Après une garde à vue et deux retours de parquet, le juge d’instruction du deuxième cabinet les a placés sous mandat de dépôt. Le même sort a été réservé au trio de détenus à savoir, Pape Diokhané, Boubacar Bangoura et Ngouga Cissé arrêtés pour les mêmes chefs d’inculpation. Pour rappel, Cheikh Mawleyni Sané est mort en prison dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 décembre 2013.

In the Spotlight

Départ de ZUMA ! Par Ibrahima Sene Pit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Départ de ZUMA ! Le Vice Président de la République SUD Africaine, devenu récemment Président de l’ANC, parti majoritaire à l’Assemblée nationale, est devenu le remplaçant du Président ZUMA déchu! Paradoxalement, il ne s’est trouvé [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*