Insécurité alimentaire dans le monde rural : Le Forum civil dénonce l’indifférence des politiciens

Le Forum civil demande à l’opinion sénégalaise d’accorder plus d’attention à la situation du monde rural, qui constitue la majorité de la population. Il indique également aux pouvoirs publics, des voies de solution pour en finir avec l’insécurité alimentaire.

Alors qu’une bonne partie du monde rural connaît l’insécurité alimentaire, et même la famine par endroits, l’élite politique et intellectuelle des villes du Sénégal s’adonne à des disputes politiciennes et ne s’émeut pas de la situation. A l’exception du Forum civil, qui a sorti hier un communiqué pour dénoncer le fait.

L’Organisation non gouvernementale cite des chiffres officiels qui indiquent que  282.000 ménages, soit 18%, connaissent une situation d’insécurité alimentaire, alors que l’évaluation des récoltes de la saison écoulée montre un déficit de la production céréalière.

D’où le besoin de mettre rapidement en place des politiques qui apportent des réponses adéquates à la situation. Le Forum civil en a profité pour dénoncer de manière vigoureuse, les pratiques malsaines qui, d’un ne permettent pas à l’agriculture sénégalaise de connaître une expansion, et de deux, maintiennent les paysans dans la précarité.

Le communiqué ajoute : «C’est le lieu de dénoncer également le recours récurrent à l’entente direct comme modalité d’attribution des marchés dans le domaine agricole qui fait douter de l’efficacité et de l’efficience dans l’utilisation des ressources financières publiques.» 

Quoi qu’il en soit, pour le moment, la situation dans le monde rural est suffisamment grave pour que les pouvoirs publics ne perdent plus de temps.

C’est pourquoi, ajoute le communiqué publié hier, «Face à la gravité d’une telle situation qui touche autant de populations, le Forum Civil déplore les lenteurs notées dans la mise en œuvre de la stratégie d’assistance des populations par l’Etat qui dit avoir mobilisé près de 22 milliards pour leur venir en aide. L’Etat devrait sur ce sujet être beaucoup plus diligent dans ses interventions et faire preuve de transparence dans l’utilisation des moyens à travers une approche participative qui implique le secteur privé et la société civile.»

Au-delà des réponses conjoncturelles, la section sénégalaise de Transparency international fait des recommandations destinées à améliorer la situation du secteur agricole et du monde rural. Parmi ces recommandations, on peut noter le besoin de renforcer la promotion d’une agriculture familiale intensive «pour réduire la pauvreté, la malnutrition et atteindre la sécurité alimentaire». Ce qui ne semble pas aller dans le sens des options de l’Etat pour le secteur.

Écrit par Mohamed GUEYE

mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*