Interdiction Des Sachets Plastiques : Le Ministre De L’Environnement Se Dit Impuissant

Aveu d’échec. Ainsi peut-on retenir du bilan de la Loi sur l’interdiction des sachets plastiques. Le ministre de l’Environnement et du développement durable a évoqué, hier à l’Assemblée nationale, les obstacles quant à l’application effective de la loi susnommée.

Malgré son entrée en vigueur, la loi portant interdiction des sachets plastiques est rangée dans les tiroirs. Elle n’est pas appliquée et les sachets en plastique continuent d’envahir l’environnement, avec son lot de conséquences désastreuses. Interpellé sur cette question hier lors de l’examen du projet de budget de son département, le ministre de l’Environnement et du Développement durablement  a montré son inertie à faire appliquer cette loi. Il a, d’ailleurs, annoncé une marche nationale le 22 décembre contre le péril du plastique. «Dans 50 ans, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans», avertit le ministre Mame Thierno Dieng.  Ce qui constitue, dit-il, une réelle menace sur les ressources halieutiques.  A ce titre, le ministre a réaffirmé la volonté de l’Etat de trouver une solution définitive à ce problème de l’adoption d’une loi interdisant les sachets plastiques. Seulement, reconnaît le ministre de l’Environnement et du Développement durable, «les mesures d’accompagnement font défaut». C’est pourquoi il a davantage insisté sur les mesures d’accompagnement, notamment l’information et la sensibilisation pour assurer sa mise en œuvre.

Prompts à tirer sur le gouvernement, les députés de l’opposition ont ménagé le ministre de l’Environnement. Député du groupe des non inscrit, Cheikh Bamba Dièye a utilisé le mot convergence nationale sur les questions liées à l’environnement. Mieux, précise le député du groupe parlementaire des non-inscrits, «c’est parce qu’il y a de sérieuses menaces dans l’écosystème». Occasion qu’il saisira pour faire le plaidoyer pour la préservation de la langue de Barbarie où vivent 100 mille âmes.   Celle-ci est frappée de plein fouet par l’érosion côtière à travers sa brèche qui a été ouverte en 2003, sous le régime libéral d’Abdoulaye Wade.  Le ministre a d’ailleurs souligné que cette brèche ne devait jamais être faite.  Pr Mame Thierno Dieng a, à ce titre, évoqué le démarrage de la plateforme Waca (Programm de gestion du littoral ouest avricain), projet ouest africain de lutte contre l’érosion côtière, financé entre autres par la Banque mondiale, le fonds nordique de développement et l’Agence française de développement

 

In the Spotlight

UN RÉSEAU DE TRAFIC DE COCAÏNE DÉMANTELÉ

by James Dillinger in Justice/Tribunal 0

Les éléments de la police des Parcelles assainies ont démantelé un vaste réseau de trafic de cocaïne à la Sicap Liberté VI. Selon Témoin qui donne l’information, ce réseau était tenu par les nommés E. [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*