Interdit de quitter l’aéroport de Dakar de retour de Ziguinchor : Oumar Sarr décide de porter plainte

6856033-10479761L’«escapade» nocturne en Mauri­tanie en mai 2013 alors qu’il était frappé d’une interdiction de sortie du territoire coûte cher au coordonnateur général du Parti démocratique sénégalais (Pds), Oumar Sarr. De retour d’un voyage à Ziguinchor où il prenait part à l’installation du maire de ladite ville, Abdoulaye Baldé, l’édile de Dagana a été arrêté par un policier avant d’être relâché après l’intervention de ses collègues maires Bamba Fall, Khalifa Sall et Idrissa Seck.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le coordonnateur du Pds retrace les contours de l’histoire avant d’annoncer qu’il compte «porter plainte» afin de mettre un terme à cette «forfaiture». «Ce jour, 26 juillet 2014, à l’aéroport Lss, s’est déroulée une scène particulièrement pénible pour nos libertés démocratiques. Nous étions un groupe d’amis en provenance de Ziguinchor où nous avions pris part à la cérémonie d’installation de notre ami Abdou­laye Baldé à la tête de la mairie de ladite commune. A notre descente d’avion, aux environs de 18h, quand je suis entré dans l’aérogare pour me diriger tout naturellement vers la sortie et rentrer chez moi, un policier, apparemment en faction devant le poste de police, m’a brusquement saisi par le bras pour me sommer de ne pas faire un pas de plus», narre-t-il.

Selon lui, la seule explication apportée par la police pour motiver son acte était «qu’il (le policier, Ndlr) devait recevoir un ordre de son chef avant de me laisser entrer dans le hall et quitter l’aéroport». «Au vu de notre détermination à ne pas nous laisser faire, le policier et ses collègues finiront par lâcher prise au bout d’une quinzaine de minutes. Notre collègue maire Bamba Fall est témoin de la scène ainsi que l’ensemble des passagers du vol précité qui n’ont pas emprunté le Salon d’honneur. D’ailleurs, informés par le collègue Bamba Fall, Idrissa Seck, président du Conseil départemental de Thiès, et Khalifa Sall, maire de Dakar qui étaient tous les deux du voyage sont venus du Salon d’honneur pour s’enquérir de la situation», ajoute Oumar Sarr qui entend «porter plainte pour défendre notre démocratie et nos droits élémentaires, pour que notre Constitution et notamment les libertés fondamentales qui y sont inscrites, soient respectées». Autre décision prise par le maire de Dagana : «J’ai décidé d’adresser une lettre au ministre de l’Intérieur et d’informer le président de l’Assemblée nationale ainsi que le ministre de la Justice, Garde des sceaux.»

tndiaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*