Interpellation à Aulnay: "Une matraque ne sert pas à s'introduire dans l'anus"

Lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Théo, 22 ans, a été grièvement blessé, notamment au niveau rectal, par un coup de matraque. Pour son avocat, maître Eric Dupond-Moretti, il y avait “une volonté d’humiliation”.

afp.com/Joel Saget

Quatre policiers ont été mis en examen dimanche soir, l’un pour viol, les autres pour violences volontaires, dans l’enquête sur l’interpellation musclée du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois. Pour L’Express, l’avocat de la victime, Eric Dupond-Moretti, livre son analyse de l’affaire.

Un ténor du barreau pour Théo. Le célèbre avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti va assurer la défense du jeune homme de 22 ans, victime samedi d’une interpellation violente à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Toujours hospitalisé, ce dernier a été grièvement blessé au visage, au crâne et surtout au rectum, zone sur laquelle il a reçu un violent coup de matraque. “Une affaire d’une extrême gravité”, dénonce son conseil.

Dans ce dossier, quatre fonctionnaires de police ont été mis en examen dimanche soir: l’auteur présumé du coup de matraque controversé pour viol et les trois autres pour violences volontaires. Ils ont été laissés libres sous contrôle judiciaire et ont été suspendus de leurs fonctions. Interrogé par L’Express, maître Dupond-Moretti explique ce qu’il attend des investigations, désormais menées par un juge d’instruction.

 Comment va le jeune Théo?

Maître Eric Dupond-Moretti. Je le vois tout à l’heure. Mais sa famille m’a rapporté qu’il était profondément traumatisé. Ce pauvre garçon ne comprend pas ce qui lui est arrivé. C’est comme si la foudre s’était abattue sur lui. Ce n’est pas une racaille qui cherchait à en découdre avec les forces de l’ordre. Il n’a jamais été condamné. Il voulait simplement déposer une paire de chaussures chez sa soeur au moment de l’arrestation.

 Les constatations médicales font état de l’introduction d’une matraque dans l’anus sur une profondeur de 10 centimètres avec des séquelles physiques entraînant 60 jours d’Interruption totale de travail (ITT)! Une matraque sert à porter des coups, pas à être introduite dans un anus! Rien ne peut expliquer une telle violence. Il y avait une volonté d’humiliation.

Comment analysez-vous le dossier?

J’ai vu les images de vidéosurveillance. Les questions qu’il faut se poser sont: ‘comment en sommes-nous arrivés là et pourquoi ces violences?’ Quand j’entends le représentant d’un syndicat policier prétendre que c’était un banal contrôle policier avec rebellion, je tombe des nues. C’est une affaire d’une exceptionnelle gravité.

Il n’y a pas de débat à avoir sur le droit: il y a viol. Le code pénal précise qu’est qualifié de viol ‘”tout acte de pénétration sexuelle, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise”. S’il suffisait simplement de prétendre qu’il n’y avait pas de caractère sexuel à son acte pour s’affranchir du viol, beaucoup de violeurs utiliseraient cet argument. Et dans ma carrière, j’ai vu tout un musée de l’horreur avec des actes de pénétration par objets.

J’ai entendu dire aussi “Mais le pantalon de Théo a glissé tout seul”. Non, il a été enlevé. Sur les images, on voit mon client assis, le pantalon baissé. Il était aussi porteur d’un caleçon. Allons-nous dire aussi qu’il l’a baissé lui-même? Et pour introduire une matraque sur 10 centimètres dans l’anus, il faut trouver l’endroit!

Qu’attendez-vous des suites judiciaires?

Avec la famille, nous allons nous constituer partie civile, dès aujourd’hui probablement. Je précise que les proches de Théo sont dans une démarche pacifique, ils ne souhaitent pas mettre le feu aux poudres ou déclencher une guérilla. Ce serait une catastrophe si cette affaire provoquait des émeutes! [Des incidents ont éclaté à Aulnay-sous-Bois samedi soir et dimanche soir, NDLR] C’est une famille honorable, qui respecte parfaitement les règles du système judiciaire et qui attend simplement de la justice des réponses et que les coupables soient punis.

 Propos recueillis par

 

 L’express

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*