ISMAËL LÔ ÉVOQUANT LA NOUVELLE SCÈNE MUSICALE SÉNÉGALAISE : “LA RELÈVE EST ASSURÉE”

L’auteur-compositeur Ismaël Lô, une des figures phares de la scène musicale sénégalaise, a estimé que les jeunes musiciens sénégalais “font de belles choses sur le plan scénique et celui des compositions”, lui faisant espérer qu’une “relève saine” est assurée.
“Je suis quelqu’un aux anges, parce qu’il y a une relève saine qui est assurée. Il y en a qui créent, mais il y en a aussi qui s’adonnent à la facilité, mais dans l’ensemble, ce sont des artistes très corrects. Ils font de belles choses, sur le plan scénique et celui des compositions”, a-t-il dit dans un entretien avec l’APS.
 
Le musicien donnera un concert samedi prochain (20h 30) à l’Institut français de Dakar, un événement qui sera, selon lui, “un moment de retrouvailles” et “une façon de renouveler (ses) sentiments” pour ses fans qui ne le voient pas très souvent se produire au Sénégal.
 
Aujourd’hui, a-t-il indiqué,”’la musique se veut commerciale, mais il y a un aspect dont je me réjouis, c’est que les Sénégalais, nos artistes, nos interprètes, musicalement, commencent à s’ouvrir”.
 
 “Notre génération, Baaba Maal, Youssou Ndour, moi-même, etc., a eu la chance d’avoir une certaine renommée. Quand nous nous produisons en Côte d’Ivoire, au Bénin…, le public se déplace et vient chanter nos chansons”,, a relevé le musicien.
 
Ismaël Lô ajoute : “Ce n’est pas le cas pour les artistes de ces pays, quand ils viennent au Sénégal. Le Sénégalais ne semble connaître que le mbàllax. Aujourd’hui, je constate que cette tendance à aller vers les autres commence à toucher les jeunes. C’est de l’ouverture, ça permettra aux autres de nous écouter, parce qu’ils le sentent”, a expliqué Ismaël Lô.
 
Selon lui, “l’effort qu’il reste à faire, c’est de ne pas tomber dans la facilité qu’offrent les technologies. Il y a le risque de ne pas être plus créatif, de ne pas chercher une certaine perfection, et de privilégier la quantité par rapport à la qualité”.

L’auteur-compositeur Ismaël Lô a déclaré ce mercredi ressentir “le besoin” de sortir un nouvel album, estimant qu’il était temps de le faire, onze ans après ’Sénégal”, son dernier en date, sortir chez Universal.

“Maintenant, je ressens le besoin de sortir un album. Les chansons sont là. Si je regarde les dates des compositions, je vois qu’il y en a qui datent de 2009, 2010, 2011, 2014. Il y a de quoi faire un album. Je pense qu’il est temps de sortir un album”, a-t-il notamment dit.

“Je ne me rends même pas compte que ça fait quand même onze ans que je n’ai pas sorti de nouvel album. Je rends grâce à Dieu de me donner cette capacité de ne pas sentir que je suis resté plus de dix ans sans sortir un disque”, a indiqué Ismaël Lô..

Selon le musicien, beaucoup de personnes qu’il croise dans la rue, lui disent : “Grand, sors-nous quelque chose de nouveau. As-tu arrêté la musique ?”

“Je vois que l’album +Sénégal+ date de 2006, mais je suis toujours sur la route. Je ne sens pas le temps passer, je ne veux pas le sentir passer. Je veux sortir un album quand je sens que j’ai le besoin de faire un album, de ne plus avoir la pression des fans, des maisons de disque – tu dois faire un album tous les dix-huit mois. C’est bien possible, mais tant que ces chansons continuent à parler aux fans”, a insisté Ismaël Lô.

Il a ajouté : “Là, je sens le besoin de sortir un nouvel album. Je sens que j’ai composé beaucoup de chansons : il y a, par exemple, une chanson que j’ai écrite pour ma première petite-fille, Souki. Cette chanson, je l’ai écrite quand elle venait d’avoir un an ou un an et demi. Et mon fils, Samba, qui a onze ans, commence à m’en parler”.

“Quand je suis allé faire la surprise à ma petite-fille pour son anniversaire, je suis allé chanter ‘Souki’, et Samba m’a dit : +Papa, maintenant que tu as chanté Souki et que tout le monde a entendu, il faut le sortir+”.

“Lui, il connaît toutes mes chansons, toutes mes nouvelles compositions. Avec cette pression et la mienne propre, je sens qu’il faut faire un nouvel album”, a conclu le musicien sur ce sujet.

APS

In the Spotlight

Vente de migrants en Libye : Le président nigérien réagit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Le sommet se tiendra en Côte d’Ivoire les 29 et 30 novembre. Selon l’Agence France Presse, le chef de l’Etat nigérien a personnellement demandé à son homologue ivoirien Alassane Ouattara que la question soit évoquée [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*