Israël. L’adolescente emprisonnée pour avoir giflé deux soldats a été libérée

(FILES) In this file photo taken on January 15, 2018, teenage Palestinian activist and campaigner Ahed Tamimi (2nd-R) arrives for the beginning of her trial in the Israeli military court at Ofer military prison in the West Bank village of Betunia. Tamimi, a Palestinian teenager jailed by Israel for slapping and kicking Israeli soldiers in the occupied West Bank, is set to go free on July 29, 2018 Sunday after eight months behind bars. A 16-year-old at the time, she was recorded on video with her cousin Nour Tamimi in the yard of their home in Nabi Saleh, near Ramallah, telling two soldiers to leave, then shoving, kicking and slapping them. She turned 17 in prison. / AFP PHOTO / THOMAS COEX

Ahed Tamimi, l’adolescente de 17 ans, qui a passé huit mois en prison pour avoir giflé deux soldats israëliens a été libérée ce dimanche.

L’adolescente palestinienne qui a passé huit mois en prison pour avoir giflé deux soldats israéliens, un épisode filmé qui avait fait d’elle une icône pour les Palestiniens, a été libérée dimanche, a annoncé un porte-parole.

Le porte-parole de la prison israélienne où elle était détenue a annoncé à l’AFP qu’Ahed Tamimi, 17 ans, et sa mère, qui avait été également incarcérée à la suite de l’incident, étaient transférées par les autorités israéliennes depuis cette prison jusqu’à un point de contrôle menant à la Cisjordanie, où toutes deux résident. « Elles viennent de quitter la prison », a déclaré à l’AFP le porte-parle, Assaf Librati. Elles sont attendues à un point de contrôle près de la ville palestinienne de Tulkarem, en Cisjordanie occupée.

Ahed Tamimi avait été arrêtée le 19 décembre 2017 quelques jours après avoir été filmée dans une vidéo devenue virale sur internet.  Les images la montraient en train de s’approcher avec sa cousine Nour Tamimi de deux soldats israéliens appuyés sur un muret, dans la cour de sa maison à Nabi Saleh, un village du territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de 50 ans. Les deux jeunes filles leur demandent de quitter les lieux puis leur donnent des coups de pied et de poing et des gifles.

Exemple de courage

Ahed Tamimi avait 16 ans au moment de son arrestation. Condamnée à huit mois de prison le 21 mars à l’issue d’un accord de « plaider coupable », l’adolescente aux longues boucles blondes a fêté ses 17 ans en prison. Issue d’une famille connue pour sa lutte contre l’occupation israélienne, elle avait déjà été impliquée dans une série d’incidents avec des soldats, dont les images avaient fait le tour du monde.

Les Palestiniens louent en Ahed Tamimi un exemple de courage face aux abus israéliens dans les territoires palestiniens occupés. Nombre d’Israéliens considèrent pour leur part qu’elle est un exemple de la façon dont les Palestiniens encouragent leurs enfants à la haine.

Lors du procès, le bureau du Haut Commissaire de l’ONU pour les droits de l’Homme et l’Union européenne avaient exprimé leur préoccupation devant le cas Tamimi. La Convention internationale des droits de l’enfant stipule en effet que l’emprisonnement d’un enfant doit être une mesure de « dernier ressort » et « aussi brève que possible ». Environ 350 enfants palestiniens sont détenus par Israël, selon Amnesty International.

ouest-france.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*