Israël : Les migrants africains restent dans les prisons israéliennes après la contestation des déportations massives

Des centaines de demandeurs d’asile africains, emprisonnés pour avoir refusé de participer au plan controversé de déportation massive d’Israël, resteront en prison jusqu’à ce que le gouvernement réponde à une pétition contestant leur expulsion vers un pays tiers. La Haute Cour d’Israël a décidé pour la troisième fois de donner au gouvernement une prolongation du délai dans lequel une réponse doit être donnée à une pétition contestant l’expulsion, ce qui est prévu pour vendredi.

On estime que 38 000 demandeurs d’asile pourraient être affectés par le plan de déportation dénoncé par les groupes de défense des droits de l’homme comme étant “cruel et malavisé”. Le gouvernement israélien a donné trois mois aux demandeurs d’asile pour quitter le pays. S’ils refusaient d’y aller, ils risquaient l’emprisonnement pour une durée indéterminée.
Les avocats agissant pour les quelque 300 demandeurs d’asile actuellement emprisonnés pour avoir refusé la “déportation volontaire” vers le Rwanda ou l’Ouganda se sont déclarés très préoccupés. “Il est inconcevable que le peuple juif célèbre la Pâque alors que des centaines de demandeurs d’asile attendent en prison jusqu’à ce que l’État soit assez aimable pour soumettre sa réponse actualisée à la cour”, a écrit l’avocat Eitay Mack en réponse à la demande du gouvernement israélien de retarder encore une fois l’affaire.
Les pétitionnaires ont soulevé de sérieuses questions sur l’accord secret du gouvernement avec un pays tiers, qu’Israël refuse de révéler, mais dont on pense généralement qu’il s’agit du Rwanda ou de l’Ouganda. Toutefois, les deux pays nient l’existence d’un accord. Les pétitions, déposées par les avocats Avigdor Feldman et Mack, ont noté que le Rwanda et l’Ouganda ont refusé d’accepter des demandeurs d’asile déportés d’Israël contre leur volonté.
Amnesty International a également pointé du doigt le gouvernement israélien pour sa politique inhumaine. “L’expulsion de demandeurs d’asile africains vers deux pays africains sans nom est une abdication de sa responsabilité envers les réfugiés et un exemple des mesures politiques vicieuses qui alimentent la crise mondiale des réfugiés”, a expliqué l’organisation des droits de l’homme.
Le sort des migrants africains en Israël, selon les critiques, met en lumière le racisme institutionnel dans le pays. Selon un rapport, Israël n’a reconnu qu’un seul ressortissant soudanais et 11 Érythréens comme réfugiés. En revanche, 94,1 % des demandeurs d’asile érythréens sont reconnus comme réfugiés en Europe. “Le faible taux de reconnaissance d’Israël est sans précédent dans presque tous les autres pays dotés d’un régime d’asile opérationnel “, ont conclu les auteurs du rapport.
L’hostilité d’Israël à l’égard des demandeurs d’asile a été soulignée plus tôt ce mois-ci lorsque le Premier ministre Benjamin Netanyahu a suggéré que les migrants non-juifs constituent une plus grande menace que les terroristes.
Article originel : African migrants remain in Israeli prison after mass deportation challenge
Middle East Monitor
Traduction SLT

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*