JEAN LEFEVRE, NSTS, SENEGAL AIRLINES… Macky Sall s'engage dans la relance de l'Entreprise

macky_syndicalistes JEAN LEFEVRE, NSTS, SENEGAL AIRLINESLe Président de la République s’est engagé, hier jeudi, devant les centrales syndicales, à œuvrer pour la relance des entreprises nationales en difficulté pour une émergence économique du Sénégal. D’ores et déjà, le Président  Macky Sall a annoncé la reprise très bientôt des activités des entreprises de Jean Lefèvre et de la Nouvelle société textile du Sénégal (Nsts) de Thiès, tout en donnant des informations sur le dispositif de sauvetage de Sénégal Airlines et une commission sur le processus de liquidation des autres entreprises. Il s’exprimait hier, jeudi 1er mai 2014, lors de la cérémonie de remise officielle des cahiers de doléances des centrales syndicales à l’occasion de la fête Internationale du Travail.

La question de la relance des entreprises en difficulté a été une des doléances phares des centrales syndicales à l’occasion de la cérémonie de dépôt de leurs cahiers de doléances auprès du Président de la République hier, jeudi, dans la salle des Banquets.
Dans une logique de favoriser une stabilité sociale et une émergence économique, Macky Sall s’est déterminé à relancer les entreprises en difficulté.
Ainsi il a annoncé la reprise des activités des entreprises telles que Jean Lefèvre et la Nouvelle société textile de Thiès (NSTS), afin de mettre le Sénégal sur les rails d’une croissance économique. Il l’a fait savoir à l’occasion de la célébration de la fête Internationale du Travail. « Nous avons engagé des efforts substantiels pour la relance des entreprises en difficulté. Dans ce cadre, Jean Lefevre Sénégal va reprendre ses activités. C’est la décision de l’Etat.
La Nst de Thiès va reprendre aussi ses activités », a annoncé le Président. Battant en brèche des accusations dont font l’objet son gouvernement disant qu’il y a des entreprises mortes en deux ans, Macky Sall a relevé « un dispositif pour sauver Sénégal Airlines. Ceci, indique-t-il, pour permettre à éviter à d’autres travailleurs de ne pas connaitre la fermeture de leurs entreprises». Citant des entreprises de différents secteurs, notamment relevant de l’hôtellerie, du textile, de la pêche, du nettoiement, des industries alimentaires, Macky Sall a souligné la mise en place d’une «commission dont l’objectif est de faire l’état des lieux et des propositions de solutions par rapport aux liquidations».  «J’ai demandé au Premier et à la Garde des Sceaux de veiller sur le processus de liquidation parce que l’Etat est le plus gros perdant quand il s’agit de liquidation », a-t-il ajouté.
Généralisation de l’âge de la retraite à 60 ans pour bientôt
Au-delà de la relance des entreprises, autre aspect qui pourra bien soulager les travailleurs est la généralisation de l’âge de la retraite à 60. Annoncée en grande pompe à l’occasion de la Conférence sociale, cette mesure sera pour Macky Sall bientôt effective dans la mesure où il a déjà donné des instructions au ministre du Travail d’engager les concertations avec les organisations patronales. «Je ne peux pas m’engager aujourd’hui, mais pour bientôt cette généralisation sera effective. Ça ne saurait tarder. Je pense que le patronat a conscience que tous les travailleurs peuvent continuer à exercer et assumer leur charge jusqu’à l’âge de 60, parce qu’avec la modernité, la pénibilité du travail a été réduite », a soutenu M. Sall.
Repenser les indemnités des agents de l’Etat
Le Chef de l’Etat, en plus de l’audit biométrique des agents de l’Etat, entend engager un autre grand chantier. Il s’agit du système de rémunération et de motivation des agents de l’Etat. Pour lui, «il y a un dérèglement total par un système indemnitaire qui est presque supérieur aux salaires ». Une étude, de ce fait, est en train d’être menée pour permettre de retrouver un équilibre, afin  de rendre soutenable les charges étatiques. «Il faut repenser tout ce système. Nous avons une masse salariale assez importante. Si vous y ajoutez tout le système indemnitaire, elle devient insupportable», a-t-il relevé.
Macky Sall invite l’Assemblée nationale à adopter le Code de la presse
Le président de la République a saisi cette occasion pour réaffirmer son intention de voir l’adoption du Code de la presse par l’Assemblée nationale. Il a invité les députés à procéder à une deuxième lecture du document pour que l’adoption de ce Code soit un cadeau au secteur de la presse. Selon lui «ce que les gens peuvent avoir comme contraintes ou comme crainte ne se pose pas dans la mesure où au Sénégal les journalistes font des délits, ils ne sont pas emprisonnés. On les regarde et on les laisse partir».
En ce qui concerne les mesures récemment prises par le gouvernement du Sénégal sur la baisse du loyer et de l’impôt sur le revenu, Macky Sall a invité son gouvernement à mettre sur pied des mesures d’encadrement puisque la spéculation risque d’annihiler les efforts. Les centrales syndicales, comme il est de tradition, ont exposé leurs différentes doléances à l’occasion de cette cérémonie. Les Secrétaires généraux n’ont pas manqué de souligner les urgences de l’heure avec notamment la tenue d’un Conseil présidentiel pour valider le plan d’actions du Pacte de stabilité sociale et d’émergence économique.
Pour Sidya Ndiaye du Front syndical autonome (Fsa), la mise en œuvre de ce plan nécessite des coûts. Admettant que le climat social est tendu, Cheikh Diop de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Force du changement (Cnts/Fc) a  invité à «un dialogue social permanent, afin de trouver des solutions à la situation de l’Education, de la Santé, de la SUNEOR, de TRANSRAIL, des ex-travailleurs de la SIAS et de la SOTRAC, des entreprises en difficulté, de faire appliquer les décisions de justice à TRANSPLAST et partout où c’est le cas ». Et de regretter : «la SOMETA, dit-il, ne respecte aucune norme de sécurité, encore moins les droits syndicaux. Il ne se passe pas un mois où il n’y a pas d’accident de travail grave, des brûlés, des mutilés, des brûlures pulmonaires dues au défaut de protection contre l’oxyde de fer émanant des fours».

Ibrahima Baldé

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*