Journaliste libérée: j’ai été détenue aux USA pour mon lien avec l’Iran et l’Islam

Une présentatrice célèbre de la télévision iranienne, née aux États-Unis, a déclaré qu’elle pensait que le gouvernement américain l’avait emprisonnée pour son travail de journaliste et ses convictions, ainsi que pour le mettre en garde de « surveiller ses démarches » à l’avenir.

Marzieh Hachemi a accordé une interview ce jeudi soir à l’Associated Press, un jour après sa libération. Elle n’a pas été accusée d’un crime mais a elle été détenue pendant 10 jours en tant que « témoin important » dans le cadre d’une enquête par un grand jury à Washington. Les détails de l’enquête sont sous scellés et Hachemi a déclaré qu’elle ne pouvait pas fournir plus d’explications. Mais elle a dit que sa détention était liée à ses convictions et à son travail et au fait qu’elle vivait en Iran.

Hachemi a déclaré que son arrestation n’était pas nécessaire car elle aurait volontairement comparu pour être interrogée et se serait conformée à une assignation à comparaître fédérale.

« Je ne suis pas sûre de la signification de  » Make America Great Again « , mais si cela signifie fondamentalement la suppression des droits de l’homme un peu plus chaque jour, ça ne va pas très grande Amérique à mon avis », a-t-elle déclaré, en référence au slogan de la campagne présidentielle de Donald Trump.

Le département de la Justice a indiqué que la loi fédérale autorise les juges à ordonner la détention de témoins si le gouvernement peut «démontrer qu’il existe une cause probable de croire que le témoin peut fournir une preuve matérielle et qu’il sera impossible de le protéger de la participation à la procédure au moyen d’une assignation à comparaître.

Les arrestations de témoins importants se produisent rarement, mais la durée de la détention de Hachemi était inhabituelle pour un témoin important.

Les responsables iraniens ont dénoncé l’arrestation de Mme Hachemi déclarant qu’elle entrait dans le cadre de la «politique d’apartheid et raciste» de l’administration Trump.

Marizeh Hashemi, âgée de 59 ans et qui travaille pour le service en anglais du réseau Press TV, est une citoyenne américaine. Elle vit à Téhéran et elle retourne aux États-Unis environ une fois par an pour rendre visite à sa famille.

Elle a comparu devant un juge et elle s’est fait dire qu’elle était en détention comme témoin important. « Les procureurs ont fait valoir qu’ils devaient prendre des mesures drastiques car Hachemi représentait un risque de fuite », a-t-elle expliqué. Et de poursuivre:

« J’ai dit je ne fuyais rien parce que je n’ai rien fait. Vous n’aviez aucun argument pour dire que je risquais de fuir. »

 » Je crois en la vérité et je crois qu’il faut crier la vérité. Je crois qu’il faut refléter la voix des opprimés et il y a des moments où cette démarche est incompatible avec la politique des pouvoirs en place, et une grande partie de l’histoire est liée à cette manière de penser « , a-t-elle expliqué.

Hachemi a comparu devant un juge à quatre reprises. Elle a été interrogée à trois reprises par des procureurs devant le grand jury, selon des documents judiciaires. Elle a ajouté que les procureurs semblaient n’avoir que des preuves « circonstancielles » dans l’affaire et n’avoir « rien d’important et de concret ».

À la prison de Washington, Hachemi a déclaré qu’elle avait été forcée de retirer son hijab, malgré des objections fondées sur ses convictions religieuses. On lui a offert un t-shirt blanc à mettre sur la tête. Alors qu’elle était conduite dans un couloir d’un établissement abritant des détenus hommes et femmes, les policiers lui ont dit qu’elle ne pouvait pas porter la chemise pour se couvrir la tête et qu’elle ne pourrait la porter qu’une fois arrivée dans sa cellule.

 » Pendant plusieurs jours, les restrictions alimentaires religieuses n’ont pas non plus été respectées « , a-t-elle déclaré.

Les procureurs ont également menacé de porter des accusations contre Hachemi si elle ne coopérait pas avec eux dans le cadre de leur enquête.

« Ce ne sont pas les États-Unis que nous voulons. Ce n’est pas ce à quoi nous croyons « , a-t-elle dénoncé.

La journaliste de Press TV a critiqué les lois fédérales permettant l’arrestation de témoins clés, affirmant qu’elle participerait vendredi à un rassemblement pour protester contre cette loi injuste.

 » Alors que les États-Unis prennent conscience du mauvais comportement de la police envers la communauté noire, il est impératif que la communauté américaine entame un dialogue sur le harcèlement des musulmans par le FBI. Le problème est que chacun de nous, musulman ou non, peut être arrêté aux États-Unis sans inculpation « , ont précisé les proches de Hachemi dans un communiqué confirmant sa libération.

Par Regardsurlafrique Avec Presstv

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*