JOURNEE NATIONALE DE SOLIDARITE Le grand Serigne de Dakar veut adopter l'exemple tunisien

Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar DiopA l’exemple de la Tunisie, le Sénégal peut bel et bien faciliter la vie de plusieurs de  nos concitoyens en instituant un fonds  national de solidarité. C’est l’idée généreuse que le Grand Serigne de Dakar, El Hadji Abdoulaye Macktar Diop, chef suprême de la collectivité Léboue, a soulevée samedi dernier. Il compte saisir le président de la République et ses collègues de l’Assemblée nationale pour que le Sénégal suive cet exemple.

Dans le cadre de leur journée nationale de solidarité adoptée par les Nations Unies, l’exemple de la Tunisie est venue secouer fortement notre pays par la sortie du grand Serigne de Dakar. Il préconise de copier l’exemple réussi de ce pays où il est difficile de trouver un mendiant ou des nécessiteux tendre la main pour vivre.

Le fonds de solidarité nationale, institution gouvernementale de ce pays qui est alimenté par les individus, les entreprises, les banques, a permis de faire disparaitre les séquelles de la pauvreté endémique. Sous la gestion du Programme des Nations Unies pour le développement, il a permis également à des citoyens d’avoir un logement, un véhicule ou encore de monter une petite et moyenne entreprise. Mieux, avec le fonds de solidarité d’innombrables familles ont pu bénéficier de l’eau, de l’électricité et des équipements.

Plusieurs réalisations publiques telles que  des routes, des pistes, des structures sanitaires et des écoles ont été possibles grâce à ce fonds mobilisé à l’occasion de la journée nationale de solidarité , le 8 décembre de chaque année. Ce modèle réussi a inspiré El Hadji Abdoulaye Macktar Diop, en sa qualité de Grand Serigne de Dakar, chef suprême de la Collectivité Léboue et député à l’assemblée nationale qui s’est engagé à sensibiliser les autorités pour que le Sénégal puisse copier cet exemple de solidarité. Samedi dernier, il est monté au créneau en marge de la première édition de journée de solidarité nationale suivie de prière et de sensibilisation organisée par l’Association nationale des personnes accidentées vivant avec l’handicap à la grande mosquée de Dakar. 
 

En promettant que la collectivité lébou pèsera de tout son poids pour que le sujet soit évoqué incessamment lors de leur prochaine rencontre avec le président de la République. Mieux pour faire bouger davantage les choses, il compte travailler dés à présent avec ses collègues députés sur cette idée généreuse. Toutefois, précise le Grand Serigne, seul le gouvernement peut organiser une journée nationale de solidarité chaque année comme à l’exemple de la Tunisie. Il rappelle qu’à l’époque en période de soudure le gouvernement du Sénégal avait imputé sur les salaires des travailleurs un montant qu’il avait versé au monde paysan.

Tous les travailleurs avaient cotisé à travers leur salaire. Pour que le Sénégal réalise une telle initiative, il faudra nécessairement, pense-t-il, en discuter avec les syndicats, les imams, les religieux, le secteur privé et d’autres couches de la société afin que la journée soit organisée un jour de chaque année. Le Grand Serigne De Dakar d’ajouter  qu’avec le modèle Tunisien et à  partir de l’exemple que nous avons connu, nous devrons trouver une formule adaptée pour aider les Sénégalais à sortir de leurs difficultés.

Le grand Serigne de préciser que le modèle tunisien est très ouvert et l’argent puisé dans le fonds national de solidarité sert à aider n’importe quel citoyen de ce pays. C’est un modèle général et le Sénégal peut bel et bien y arriver, a-t-il conclu. 

Cheikh Tidiane MBENGUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*