Kaffrine: L’imam mord et sectionne l’oreille du malade mental qui le tabassait en pleine prière

A Kaffrine, la violente bagarre qui a opposé l’imam de la mosquée du quartier Péyi au malade mental, Ibrahima Saliou Ndao, est sur toutes les lèvres selon l’Observateur.

Hier,mercredi 02 août 2017 le tribunal départemental a jugé cette rocambolesque affaire qui, depuis le 15 juillet, défaire la chronique dans le Ndoucoumane. Ce fameux samedi, vers 14 heures, alors que l’imam s’apprêtait, après ses ablutions, à aller diriger la prière à la mosquée du quartier, Talla Ndao est soudainement intercepté par Ibrahima Saliou Ndao, un malade mental réputé très violent. Comme une bête affamée, l’homme violente l’imam, l’abreuve d’injures, le menace de mort. Le prenant à la légère, Alla Ndao continue son chemin et accède au lieu de culte. Mais, belliqueux et décidé à en découdre avec lui, Ibrahima Saliou Ndao le poursuit.

S’emparant d’une chaise, il surprend l’imam qui priait et lui en assène plusieurs coups à la tète et à la figure. Pris de court et n’en pouvant plus des supplices du déficient mental, l’imam se défend, légitimement. Ainsi suit une vive bagarre entre les deux hommes dans la mosquée. Blessé à  différentes parties du corps, l’imam le mord jusqu’à sectionner, l’oreille gauche de son antagoniste. Et n’eut été l’intervention des fidèles, le pire allait se produire.

Talla Ndao est aussitôt évacué à l’hôpital régional où il a pu se munir d’un certificat médical pour ensuite porter plainte contre son bourreau. Et hier, à la barre du tribunal départemental de Kaffrine, l’imam, la voix presque inaudible, est revenu sur sa mésaventure, insistant sur les propos orduriers et humiliants du malade mental. Interpellé par Samba Sèye, le tout nouveau président du tribunal départemental de Kaffrine, Ibrahima Saliou Ndao, déjà jugé pour pareil délit, se réfugie, un moment, dans les dénégations.

Par la suite, il se confondra en excuses, indiquant que c’est l’imam Talla Ndao qui l’a d’abord insulté. Reconnu coupable des faits, Ibrahima Saliou Ndao a été après 3 semaines de détention préventive, condamné à 3 mois avec sursis.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*