KAOLACK/ EN TOURNEE DANS LES FOYERS RELIGIEUX Wade déclaré persona non grata à Touba Ndorong

caricature de Abdoulaye wade abattuPoursuivant inlassablement sa tournée dans les différents foyers religieux du pays, l’ex-président Abdoulaye Wade risque de vivre à Kaolack les premiers cauchemars de son périple. A Touba Ndorong où il est annoncé, les jeunes marabouts  ce fief du mouridisme, par la voix de leur guide, Serigne Babacar Mbacké « Moukabaro », fils de Serigne Moussa Ibn Serigne Bassirou Mbacké, lui ont interdit l’accès sur toute l’étendue du quartier. Ils ont même menacé de  croiser le fer si toutefois il refuse d’obtempérer.

Ils ont invité par la même occasion l’ensemble des jeunes marabouts des différentes concessions religieuses du pays à une forte mobilisation contre les manœuvres de l’ex président dont le prétexte est de plonger injustement le pays dans une situation de crise absolue. 
 
Les raisons de ce refus d’accueillir l’ex président de la République selon Serigne Babacar Mbacké, découlent du manque de respect manifeste dont Wade a fait preuve après un tour opéré dans quatre  grands foyers religieux. « Depuis son retour nous le suivons et le surveillons de prés comme du lait sur le feu. Partout où il s’est rendu, les chefs religieux lui ont adressé le même discours. Celui de renoncer à tout tapage pouvant créer une situation d’instabilité dans le pays et à son âge, reprendre sa place d’aîné dans la famille des « talibés » (disciples) afin de garantir la paix sociale dans notre chère patrie. 
 
Des messages qui, en apparence, semblent tomber dans l’oreille d’un sourd, car de ce que nous avons pu constater, Wade ne cherche nullement à renoncer à ses prérogatives et tient toujours à tenir le meeting qu’il avait promis à ses militants la nuit de son retour au Sénégal », a indiqué Serigne Babacar Mbacké hier , dans sa résidence sise au quartier Touba Ndorong.
 
 Il a par ailleurs relevé que : « les institutions sénégalaises, quelles que soient leur nature et leurs missions, n’ont pas été créées par des étrangers, mais par nous Sénégalais, y compris Wade en tant qu’homme politique et ancien gardien de la constitution. Si son fils est cité dans une affaire de détournement, ou de possession de biens mal acquis, ce n’est pas dans la rue qu’il pourra avoir gain de cause ou en usant de stratégies hors la loi qu’il parviendrait à le tirer d’affaire.
Au contraire, il doit respecter l’institution censée  statuer sur cette affaire et attendre la décision qui sera prise à l’issue des débats“. Serigne Babacar Mbacké  à s’inspirer de “l’attitude que la famille du secrétaire général de « Rewmi » Idrissa Seck, que lui-même avait pourtant accusé de détournement et mis en prison. Et ensuite blanchi et remis en liberté sans aucune condition, sinon par simple humeur. Une affaire sur laquelle les Sénégalais sont toujours restés sur leur faim, car n’a jamais été clarifiée“. 
 
Il a aussi rappelé qu’ “ à maintes reprises, Abdoulaye Wade a séjourné dans les prisons sénégalaises et jamais ce fils là qu’il veut libérer aujourd’hui n’a quitté une seule fois le pays où il travaillait pour lui rendre visite dans sa cellule ou peaufiner une quelconque stratégie pour sa liberté ».

Abdoulaye FALL

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*