KAOLACK/ PROJET DE NORMALISATION DU TRANSPORT DE VELOS-TAXIS Un permis de conduire en janvier 2014

Autant dans les capitales régionales que dans les grandes villes secondaires, le mode de transport par vélo taxis va certainement connaître des changements profonds dés janvier 2014 avec l’instauration d’un permis de conduire.velo_taxis

C’est du reste ce qui ressort du lancement officiel de la série de rencontres de présentation et sensibilisation sur le transport en commun autour des motos taxis dans les régions de Kaolack et Tambacounda. Prévus pour installer dans chacune de ces régions un cadre formel devant appuyer l’organisation du transport intra-urbain des motos taxis, ces séminaires d’échanges et de réflexions ont été initiés par l’Agence du développement local (Adl), en partenariat avec la structure intitulée « Satech services », les autorités administratives, les collectivités locales, les opérateurs économiques et autres organismes de micro crédits.

Outre la volonté des initiateurs du projet d’accompagner le président Macky Sall dans sa politique de rupture déjà annoncée en direction de la gestion des questions territoriales et affaires publiques dans le secteur décentralisé, l’idée dans cette démarche est surtout de mobiliser les savoir faire des uns et des autres parmi les personnes en activité dans le secteur afin de créer des synergies pour organiser et accompagner les nombreux jeunes conducteurs de vélos taxis. Il s’agit en effet de doter les conducteurs de vélos taxis de permis de conduire, carte d’assurance et assistance, gilet d’immatriculation et casque de sécurité.

L’Adl qui s’inscrit aujourd’hui dans une dynamique d’appuyer les acteurs locaux dans la valorisation des ressources qu’ils génèrent et les autres potentialités qu’ils disposent, veut en effet créer dans chaque région cible les conditions d’un développement territorial dont l’essentiel sera fondé sur les équipements qui y seront parachevés et les méthodes de bonne gouvernance prévues aussi pour être littéralement instaurées. C’est le cas avec les vélos taxis, un secteur qui enregistre le plus d’accidents de la circulation et le moins organisé en termes de mesures préventives, malgré l’existence d’une population de plus de 20.000 âmes qui en dépendent pour vivre.

Ainsi, grâce à ce nouveau partenariat entre l’Agence du développement local et « Sateh Services », les 13 à 20.000 conducteurs en circulation entre les régions de Kaolack, Kaffrine et Fatick nourrissent beaucoup d’espoirs de voir accroître leurs recettes au quotidien et trouver plus de sécurité à ce transport ayant causé la mort de plusieurs centaines de jeunes et autant d’handicapés physiques dans les régions centre du pays.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*