Kenya: Des élections sous haute surveillance

Les électeurs kenyans sont aux urnes jeudi pour élire le président de la République après l’annulation de la présidentielle du 8 août dernier. Raila Odinga, le chef de l’opposition a appelé au boycott du scrutin et à Kisumu, son fief, le vote n’a pas lieu.

Alors que les bureaux de vote venaient d’ouvrir leurs portes ce jeudi 26 octobre au Kenya pour l’élection présidentielle boycottée par l’opposition, la police a dispersé des opposants tentant d’empêcher la tenue du scrutin dans plusieurs villes du pays.

Devant les bureaux de vote, la situation contrastait jeudi matin avec les longues files d’attente observées lors de l’élection du 8 aout, annulée par la Cour Suprême. Alors que peu d’électeurs avaient fait le déplacement, notamment par crainte de violences, des échauffourées ont de fait éclaté dans plusieurs villes du Kenya entre forces de sécurité et partisans de l’opposition.

Dans le bidonville de Kibera, à Nairobi, la police est intervenue à coup de gaz lacrymogène et a tiré en l’air pour disperser des manifestants qui essayaient d’empêcher l’accès à plusieurs bureaux de vote. Des scènes similaires ont eu lieu dans un autre bidonville de Nairobi, Mathare, ainsi qu’à Kisumu et Migori, des villes réputées acquises à l’opposant Raila Odinga qui a appelé à boycotter le scrutin.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*