Kigali rejette les accusations de torture de Human Rights Watch

« Il n’y a rien de vrai dans le rapport de Human Rights Watch. Le Rwanda est signataire de la Convention contre la torture et la respecte, de même que ses propres lois », a déclaré le ministre rwandais de la Justice, Johnston Busingye, réfutant ainsi le rapport de Human Rights Watch publié mardi et accusant l’armée rwandaise de torture.

Le Rwanda a rejeté mercredi les accusations « sans fondement » du rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch accusant son armée de torturer pour obtenir des aveux de suspects détenus illégalement.

Selon M. Busingye, qui a répondu à travers un communiqué rapporté par Voa Afrique, il n’y avait « aucune preuve crédible » de ces accusations publiées mardi.

L’ONG Human Rights Watch affirme avoir documenté cent quatre (104) cas de personnes détenues illégalement, dont une majorité auraient été victimes d’actes de torture (bastonnades, décharges électriques, simulacres d’exécution), dans les centres de détention de l’armée rwandaise entre 2010 et 2016.

« Il n’y a rien de vrai dans le rapport de Human Rights Watch. Le Rwanda est signataire de la Convention contre la torture et la respecte, de même que ses propres lois », a assuré mercredi Johnston Busingye.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*