October 17, 2017
News Ticker

Kurdistan : «Nous ne vivrons plus comme les domestiques de Bagdad»

Le référendum pour l’indépendance de la région irakienne doit se tenir ce lundi. Les Kurdes, bien que favorables à l’autodétermination, s’inquiètent des représailles de ses voisins irakiens, turcs et iraniens.

Le stade d’Erbil n’est plus qu’un immense drapeau kurde. Il est partout, dans toutes les mains, brandi en étendard au bout de longues tiges de bois, porté en fanion par des enfants, peint sur les joues d’adolescents, enroulé autour de la taille de jeunes femmes. Les tribunes, la pelouse, la piste d’athlétisme qui l’enserre, tout disparaît sous ces trois bandes rouge, blanche et verte traversées d’un soleil jaune.

Plus de 25 000 personnes se sont rassemblées vendredi pour acclamer Massoud Barzani, président du Kurdistan irakien, région qui aspire à devenir un Etat. Les supporteurs les plus prévoyants étaient arrivés dès 13 heures, malgré les 40°C et une ombre que l’on cherchait en vain. Quatre heures plus tard, lorsque Barzani est monté sur l’estrade, ils ont hurlé, chanté, applaudi, soufflé dans des cornes de brume en plastique. «Nous avons deux choix, l’indépendance ou la soumission. Le référendum n’est plus entre mes mains ni entre celles des partis, il est entre vos mains. […] Ce serait une honte de l’annuler», a assuré le dirigeant kurde. La foule a acclamé ; le scrutin se déroulera, comme prévu, ce lundi.

Mainmise

Hussein et Ali n’ont pas été au stade vendredi. Comme chaque jour, les deux frères de 20 et 24 ans sont restés dans leur petite épicerie d’Ankawa, le quartier chrétien d’Erbil. Originaires d’un village kurde proche de l’Iran, ils ont grandi à Bagdad, la capitale irakienne. Ils l’ont quittée il y a trois ans, usés par les violences et les attentats. «Tous les Kurdes sont pour l’indépendance, mais ce référendum m’inquiète. Personne ne sait ce qui va se passer après. Tous les pays voisins sont contre et nous menacent, ça peut mal tourner», dit Hussein. Les deux frères ont déjà observé un effet du scrutin annoncé : leur épicerie marche moins bien. Les ventes baissent, les fournisseurs augmentent les prix et ne font plus crédit. «Ils ont peur de ne pas revoir leur argent. Ils font ça avec tous les commerçants du quartier», dit Ali.

Le référendum sur l’indépendance divise le Kurdistan irakien et ses 8 millions d’habitants. Pas la question elle-même, les Kurdes réclament leur Etat depuis un siècle et la fin de l’Empire ottoman. Ils ont subi déportations, massacres et bombardements à l’arme chimique. Ils ont été victimes de retournements d’alliances et de traîtrises, en proie parfois aussi à des luttes intestines. Alors lundi, sauf report de dernière minute, le «oui» l’emportera. La plupart des opposants s’abstiendront. Mais ils continueront de penser que la période n’est pas propice, que les conditions politiques et économiques ne sont pas réunies. Ils craignent que Massoud Barzani, connu pour son autoritarisme et son fonctionnement clanique, n’impose encore plus sa mainmise sur la région. Ils auraient voulu attendre, s’assurer du soutien de la communauté internationale et obtenir des garanties de l’Etat irakien. Les partisans du «oui» affirment qu’il ne sert à rien de reporter le vote et que les conditions idéales ne seront jamais réunies. Autant se lancer et voir après.

C’est ce qu’a répété Barzani, dimanche, lors d’une conférence de presse : «Le 25 septembre, les gens vont voter. Que se passera-t-il le 26 ? On verra.» Vendredi, dans le stade d’Erbil, capitale régionale et fief de son mouvement, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK), il avait déjà été très explicite : «Je suis prêt à négocier avec Bagdad. Mais après le 25 septembre.» La foule avait applaudi. Barzani n’aura donc pas plié. Depuis qu’il a annoncé début juin la tenue du vote, il a encaissé des pressions d’abord polies, puis de plus en plus menaçantes. A l’exception d’Israël, la quasi-totalité de la communauté internationale s’y est opposée. Les Nations unies, les Etats-Unis et le Royaume-Uni n’ont cessé de demander un report pour éviter d’affaiblir la lutte contre l’Etat islamique et de compliquer encore un peu plus la question des réfugiés. Jeudi, le Conseil de sécurité de l’ONU s’est dit «très préoccupé face à la décision unilatérale du gouvernement régional du Kurdistan».

«Equilibres sensibles»

La Turquie et l’Iran, deux pays voisins où vivent d’importantes minorités kurdes, sont bien plus agressifs. Vendredi, Ankara a qualifié le vote de «geste illégitime et inacceptable». Devant le Parlement, le ministre de la Défense turc, Nurettin Canikli, l’a comparé à «une brique» qui, si elle est enlevée, peut faire s’effondrer «une structure bâtie sur des équilibres sensibles et fragiles», jusqu’à provoquer un conflit global. Plus prosaïquement, l’armée turque enchaîne les manœuvres à la frontière irakienne depuis une semaine. Des sanctions, blocus ou intervention militaire, sont à l’étude.

A la demande du gouvernement de Bagdad, Téhéran a par ailleurs annoncé dimanche qu’il interdisait jusqu’à nouvel ordre tous les vols avec le Kurdistan irakien. Il n’exclut pas non plus d’annuler les accords de sécurité passés avec Erbil. Si la Turquie et l’Iran s’entendaient sur un blocus, le Kurdistan, qui importe la quasi-totalité de ses denrées alimentaires, serait étouffé. Mais le plus menaçant reste l’Irak. Furieux que les Kurdes tentent de faire «sécession», le Premier ministre, Haïdar al-Abadi, a déclaré qu’il était prêt à une riposte militaire.

Les discussions n’ont pour autant jamais cessé. Samedi, une délégation kurde s’est rendue une nouvelle fois à Bagdad. La veille, l’un des dirigeants les plus puissants de la région, le général iranien Qassem Soleimani, chef des Gardiens de la révolution, était à Souleymanieh pour «avertir les responsables kurdes que l’Iran est sérieusement hostile [au référendum] et les mettre en garde afin qu’ils y renoncent», selon une source kurde citée par l’AFP. Il était aussi à Erbil le lendemain «pour un dernier avertissement». Mercredi, c’est le président irakien, Fouad Massoum, qui est allé à Souleymanieh pour rencontrer Massoud Barzani. «Ici, quand il est minuit moins cinq, il n’est pas minuit, tout peut arriver jusqu’au dernier moment, assure un diplomate occidental. Et même si le vote a lieu, il faudra voir ensuite comment il sera appliqué. Cela prendra encore des mois au grand minimum, voire des années de négociations.»

Dimanche, Massoud Barzani s’est dit prêt à discuter : «Nous sommes prêts à avoir un long processus de dialogue après le référendum, un an, deux ans. Si nous voyons que les discussions sont constructives, nous pourrons leur donner plus de temps.» Pour autant, les négociations pré-référendum ont, elles, achoppé sur le même point : les Kurdes exigeaient des garanties et une date précise pour la tenue du vote avant d’accepter de le décaler. «Les promesses ne nous suffisent plus. Nous voulons une garantie écrite et un processus supervisé par la communauté internationale. C’est terminé, nous ne vivrons plus en Irak comme les domestiques de Bagdad», assurait il y a quelques jours le conseiller du gouvernement kurde, Abdulrahman Nouri. Mais le Premier ministre irakien a répété qu’il était opposé à tout référendum, «aujourd’hui ou dans le futur, qu’il se tienne dans la région du Kurdistan, dans les frontières de 2003 ou dans les zones disputées».

Ces zones, réclamées à la fois par Bagdad et Erbil, constituent l’un des principaux risques d’embrasement. Depuis 2014 et la guerre contre l’Etat islamique, elles se sont étendues. Le Kurdistan s’est agrandi. Ses combattants, les peshmergas, ont lutté contre les jihadistes, notamment dans la plaine de Ninive et les monts Sinjar, à la frontière syrienne. Ils ont aussi profité de la débandade de l’armée irakienne en 2014 à Kirkouk, où se concentrent 40 % des réserves de brut de l’Irak, pour s’y imposer.

«De toute notre histoire, nous n’avons jamais contrôlé autant de territoire. Le Kurdistan irakien s’étend désormais des monts Sinjar [à l’ouest] jusqu’à Khanaqin [à l’est], en passant par Kirkouk. Mais avec ce référendum, nous risquons de perdre ce que nous avons gagné avec la guerre contre Daech. C’est une erreur énorme», affirme l’ancien président du Parlement Youssef Mohammed.

Cet homme est l’un des plus farouches opposants de Massoud Barzani. Il y a deux ans, alors que le mandat du Président arrivait à terme, il a demandé la tenue d’élections. Barzani a refusé et gagné deux ans au pouvoir. Youssef Mohammed, lui, a été chassé d’Erbil. Il vit depuis à Souleymanieh, place forte du mouvement laïc Gorran, dont il est issu, et de l’Union patriotique du Kurdistan, parti rival du PDK de Barzani.

«L’irrationnel règne»

Dans son élégant bureau aux murs blancs et aux meubles clairs, il fustige un vote «illégitime». «Rien n’a été fait dans les règles. Les institutions ne fonctionnent pas et les lois ne sont pas appliquées. La conséquence est que le résultat de ce référendum sera faible et pourra être contesté, aussi bien ici au Kurdistan qu’à l’extérieur. C’est d’autant plus grave que ce vote est essentiel pour notre futur, c’est le destin de notre peuple qui se joue.» Ce mercredi, Youssef Mohammed espérait encore un report : «Ce serait le plus logique. Mais l’irrationnel règne. Tout repose sur la volonté d’une seule personne, celle de Massoud Barzani.»

Dans un café historique du centre-ville de Souleymanieh aux murs recouverts de photos de peshmergas morts au combat, d’intellectuels et de héros de la cause kurde, Mohammed, un manœuvre de 56 ans aux cheveux rares, ne dit pas autre chose. «Ce sont les partisans de Barzani qui veulent ce vote. Mais ce n’est vraiment pas le bon moment, la Turquie et l’Iran nous menacent et nos partis politiques ne sont pas d’accord. Il ne faut pas chercher à provoquer de nouveaux affrontements. On a eu assez de guerres comme ça.» Quelques heures plus tard, dans le stade de la ville, plus de 20 000 personnes se réunissaient pour acclamer Massoud Barzani et sa promesse de référendum.

Luc Mathieu Envoyé spécial à Erbil et Souleymanieh

libération

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Close