La CIA et l’Arabie Saoudite ont conspiré pour garder secrets des détails à propos de leurs rôles dans le 11 septembre

Le célèbre magazine américain Newsweek n’est certainement pas considéré comme un média « conspirationiste ». Il s’agit du deuxième plus célèbre magazine d’actualité américain après le Time. Pourtant, il a osé publier un article qui fait état d’une conspiration du silence entre la CIA et l’Arabie Saoudite sur le 11 septembre.

*Voici l’article:

Des hauts dirigeants de la CIA et l’Arabie Saoudite ont conspiré pour garder secrets des détails à propos de leurs rôles dans le 11 septembre, selon un nouveau livre

Par Jeff Stein pour Newsweek le 28 août 2018

Une couverture de Newsweek sur le 11 septembre

Une couverture de Newsweek sur le 11 septembre

C’est plus facile d’enterrer des vérités inconfortables que d’y faire face. Donc, ce 11 septembre [2018], les cérémonies marquant les attaques de 2001 à New York et Washington honoreront simplement les morts. À Manhattan, les touristes et les personnes en deuil se réuniront là où se trouvaient autrefois les tours du World Trade Center, baissant la tête en mémoire des 2606 personnes qui y ont péri. Les services ne refléteront pas le point de vue selon lequel ces attaques pourraient bien avoir été empêchées.

Mais pour des centaines de familles et un nombre croissant d’anciens agents du FBI, le chagrin d’une autre cérémonie du 11/9 sera empreint d’une rage à peine assourdie: il subsiste une conspiration du silence entre les hauts responsables américains et saoudiens à propos des attaques.

« C’est horrible. Nous ne savons toujours pas ce qui s’est passé », a déclaré Ali Soufan, l’un des principaux agents de la lutte antiterroriste du FBI, sur le fait que la CIA a dissimulé ce qu’elle savait au sujet des mouvements des futurs pirates de l’air d’Al-Qaïda. Pour Soufan et de nombreux autres anciens responsables de la sécurité nationale, les questions sans réponse sur les événements qui ont précédé les attentats du 11 septembre 2001 rendent désuètes celles de l’assassinat de John F. Kennedy, car « le 11 septembre a changé le monde entier ». Cela n’a pas seulement conduit aux invasions de l’Afghanistan et de l’Irak, à la fracture du Moyen-Orient et à la croissance mondiale du militantisme islamique, mais ça a également poussé les États-Unis à se rapprocher d’un état policier obsédé par sa sécurité intérieure.

« Je suis triste et déprimé », a déclaré Mark Rossini, l’un des deux agents du FBI affectés à l’unité Oussama ben Laden de la CIA, qui explique que les directeurs d’agence les empêchaient mystérieusement d’informer leur quartier général sur les membres d’Al-Qaïda présents aux États-Unis en 2000 et à nouveau à l’été 2001. « Il est évident que ces attaques auraient pu ne pas se produire et que la justice n’a pas été rendue », a-t-il affirmé.

Les auteurs d’un nouveau livre sur le 11 septembre espèrent recentrer l’attention du public sur cette dissimulation. John Duffy et Ray Nowosielski ont découvert d’énormes lacunes et contradictions dans le récit officiel selon lequel le 11/9 n’était simplement « qu’un échec pour relier des faits ».

Duffy, écrivain et militant écologiste de gauche, et Nowosielski, réalisateur de documentaires, sont loin de la notoriété d’autres journalistes qui ont percé le récit officiel, notamment Lawrence Wright, auteur de « The Looming Tower: Al-Qaeda and the Road to 9/11 (La tour menaçante: Al-Qaïda et la route vers le 9/11) », un livre primé par le prix Pulitzer qui a été transformé en un docudrame captivant en plusieurs parties sur Hulu plus tôt cette année.

Duffy et Nowosielski abordent toutefois l’histoire avec une connaissance remarquable: en 2009, ils ont enregistré une interview vidéo stupéfiante de Richard Clarke, conseiller en matière de lutte contre le terrorisme à la Maison Blanche sous les administrations Bill Clinton et George W. Bush. Clarke regrettait que de hauts responsables de la CIA, y compris le directeur George Tenet, lui aient caché des informations cruciales sur les complots et les mouvements d’Al-Qaïda, y compris l’arrivée aux États-Unis des futurs pirates de l’air, Khalid al-Mihdhar et Nawaf al-Hazmi. Dans « The Watchdogs Didn’t Bark: The CIA, NSA, and the Crimes of the War on Terror (Les chiens de garde n’ont pas aboyés: La CIA, la NSA et les crimes de la guerre contre le terrorisme) », les auteurs réunissent un cas convaincant de dissimulation à l’échelle gouvernementale de la complicité de l’Arabie saoudite dans cette affaire.

En 2002, Tenet a juré devant le Congrès qu’il n’était pas au courant de la menace imminente, car il s’agissait d’un câble non urgent et que « personne ne l’avait lue ». Mais son histoire a été mise à bas cinq ans plus tard, lorsque les sénateurs Ron Wyden et Kit Bond ont forcé la publication d’un résumé de l’enquête interne menée par la CIA le 11 septembre 2001, selon laquelle « environ 50 à 60 personnes lisaient un ou plusieurs des six câbles de l’Agence contenant des informations sur les déplacements de ces terroristes ».

Clarke est devenu rouge. Jusque-là, il avait fait confiance à Tenet, un proche collègue et ami, pour dire la vérité. En 2009, désespéré par le manque de pression médiatique sur cette divulgation stupéfiante, il a écrit un livre sur la duplicité, « Your Government Failed You (Votre gouvernement a échoué devant vous) », qui a été largement ignoré. Alors, quand Duffy et Nowosielski sont venus le contacter, il les a accueillis.

« J’ai longtemps cru qu’il ne s’agissait que d’un ou deux officiers subalternes qui avaient eu cette information [sur Hazmi et Mihdhar] et qui, d’une manière ou d’une autre, n’avaient pas compris son importance », leur a-t-il expliqué. Mais « 50, je dis bien 50 officiers de la CIA la connaissaient et avaient compris dont [Tenet et] toutes sortes de personnes qui me parlaient régulièrement? Dire que je suis furieux ne fait que commencer à décrire ce que je ressens. »

Toutes ces années plus tard, on ne sait toujours pas pourquoi la CIA continue à cacher au FBI des détails aussi cruciaux sur les mouvements d’Al-Qaïda. Clarke et d’autres initiés soupçonnent l’agence d’espionnage d’avoir un plan très compartimenté pour recruter Hazmi, Mihdhar et peut-être d’autres membres d’Al-Qaïda comme agents doubles. Selon cette théorie, si le FBI avait découvert qu’ils se trouvaient en Californie, il aurait exigé leur arrestation. Lorsque le stratagème de recrutement de la CIA a échoué, Tenet et sa société lui ont caché les détails, de peur qu’ils ne soient accusés de « méfait et de malfaisance », a affirmé Clarke.

C’est la seule explication logique de la raison pour laquelle la présence de Hazmi et de Mihdhar lui a été cachée jusqu’à après les attaques, a déclaré Clarke. « Ils nous ont tout dit, sauf cela », dit-il dans la vidéo.

Tenet et deux de ses adjoints chargés de la lutte contre le terrorisme, Rich Blee et Cofer Black, ont publié une déclaration qualifiant la théorie de Clarke de « téméraire et profondément erronée ». Mais maintenant, Clarke n’est plus seul. Duffy et Nowosielski ont découvert d’autres anciens agents et responsables du FBI chargés de la lutte contre le terrorisme, qui ont développé de profonds doutes sur l’histoire de Tenet. Le seul élément sur lequel ils sont en désaccord concerne les responsables du prétendu subterfuge.

« Je pense que s’il y avait un effort conscient » de ne pas dire au bureau ce qui se passait, a déclaré Dale Watson, ancien chef adjoint du FBI chargé de la lutte contre le terrorisme, « cela a probablement été » effectué sous Tenet, Blee et Black, par des responsables de l’unité Oussama ben Laden de la CIA.

Mais Pat D’Amuro, un ancien responsable de la lutte antiterroriste encore plus haut placé au FBI, leur a dit: « Il ne fait aucun doute dans mon esprit que l’ordre [de rétention de ces informations] vient de beaucoup plus haut dans l’agence » que ces responsables. « Et pourquoi ils ne l’ont pas avoué, à ce jour, je ne sais pas pourquoi. »

Et puis, il y a le mystère persistant de la complicité saoudienne avec les pirates de l’air. Duffy et Nowosielski présentent une mise au point très précise sur ce que l’on a appris sur le soutien saoudien à Al-Qaïda au cours des dernières années. En 2004, la Commission officielle sur le 11/9 avait déclaré n’avoir trouvé aucune preuve indiquant que « le gouvernement saoudien en tant qu’institution, ou de hauts responsables saoudiens, finançait individuellement » Al-Qaïda.

Un an plus tard, le rapport très expurgé de l’inspecteur général de la CIA ouvrit une nouvelle fenêtre, affirmant que certains responsables d’agences avaient « spéculé » sur le fait que « des sympathisants dissidents au sein du gouvernement » (c’est-à-dire des extrémistes religieux) auraient soutenu Ben Laden. Des enquêtes ultérieures ont révélé que des responsables du ministère des Affaires islamiques du royaume avaient aidé activement les pirates de l’air à s’installer en Californie.

Ces informations ont poussé plusieurs centaines de familles des victimes de l’attentat du 11 septembre à intenter une action en justice contre le gouvernement saoudien devant un tribunal fédéral à New York l’année dernière, dans le but d’obtenir des dommages et intérêts non spécifiés.

« Les services de renseignement saoudiens ont admis qu’ils savaient qui étaient ces deux types », a déclaré à Newsweek Andrew Maloney, avocat des familles. « Ils savaient qu’ils faisaient partie d’Al-Qaïda le jour de leur arrivée à Los Angeles. Donc, toute affirmation du gouvernement saoudien disant: « Oh, nous aidons simplement tous les Saoudiens ici » est fausse. Ils savaient. Et la CIA était au courant.

Le royaume a retourné quelque 6800 pages de documents, « principalement en arabe », que l’équipe de Maloney est en train de traduire. « Il y a des choses intéressantes dedans », a-t-il dit, « ainsi que des lacunes claires. » Il a déclaré qu’il reviendrait au tribunal en octobre afin de faire pression pour obtenir plus de documents.

Il souhaite également faire destituer des responsables saoudiens, en particulier Fahad al-Thumairy, ancien fonctionnaire consulaire de Los Angeles et imam d’une mosquée de Culver City, en Californie, fréquentée par les pirates de l’air. En 2003, Thumairy a été intercepté après avoir atterri à Los Angeles sur un vol en provenance d’Allemagne et expulsé des États-Unis « en raison de liens terroristes présumés ». Mais il travaille toujours pour le gouvernement à Riyadh, a déclaré Maloney. « Pouvez-vous imaginer ça? »

En avril, Maloney a assigné le FBI à comparaître pour présenter des documents sur Thumairy et Omar al-Bayoumi, un présumé espion saoudien aux États-Unis, qui était également en contact avec les pirates de l’air. Le bureau n’ayant pas répondu, il envisage de déposer le 11 septembre « une requête formelle en vue de contraindre le FBI » à produire les documents. Sa requête fait suite à une déclaration sous serment de Steven Moore, l’agent du FBI qui a dirigé l’enquête du bureau sur le détournement de l’avion qui s’est envolé vers le Pentagone, d’avoir trompé le public en affirmant « qu’il n’avait trouvé aucune preuve » de l’aide saoudienne à Hazmi et Mihdhar.

« Il y avait clairement des preuves comme quoi Thumairy avait aidé Hazmi et Mihdhar », a écrit Moore. Et « sur la base des preuves de notre enquête », a-t-il ajouté, « Bayoumi lui-même était un agent clandestin et était associé à des extrémistes radicaux, y compris Thumairy. »

La déclaration de Moore a été rapportée pour la première fois par le Florida Bulldog, un site d’information de Fort Lauderdale qui enquêtait sur les contacts des pirates de l’air avec les écoles de pilotage. « A ma connaissance, » a déclaré Moore, « Thumairy n’a jamais fait l’objet d’un véritable interrogatoire par les agents qui enquêtaient sur lui. »

Les autres objectifs de Maloney sont d’autres membres et documents du FBI, de la CIA, du Département d’État et du Département du Trésor. « Il y a beaucoup de personnes, d’anciens agents – je ne préciserai pas qui ou de quelles agences – qui nous ont parlé », a-t-il déclaré, mais d’autres, en particulier dans l’unité Ben Laden de la CIA, « ne nous diront jamais rien ou ne nous parleront que si on leur donne une sorte d’immunité générale. »

Pour y avoir accès, a-t-il dit, il faudrait probablement un décret du président Donald Trump – un résultat improbable compte tenu du soutien résolu de son administration à la monarchie saoudienne.

Il se peut que le public soutienne les efforts de Maloney. Un sondage de 2016 a révélé qu’une légère majorité d’Américains (54,3%) pensaient que le gouvernement cachait quelque chose sur les attentats du 11 septembre. Par ailleurs, un nombre considérable de « chercheurs de la vérité » sur le 11 septembre adoptent les théories du complot en affirmant que les attaques constituaient « un travail interne » de l’administration Bush et/ou d’Israël, comprenant l’utilisation d’explosifs placés dans l’une des tours du World Trade Center.

article originel:https://www.newsweek.com/cia-and-saudi-arabia-conspired-keep-911-details-secret-new-book-says-1091935

source:http://lagazetteducitoyen.over-blog.com/2018/12/la-cia-et-l-arabie-saoudite-ont-conspire-pour-garder-secrets-des-details-a-propos-de-leurs-roles-dans-le-11-septembre.html

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*