La colère de l'eau

Comment peser auprès du gouvernement sénégalais pour obtenir que l’eau et l’assainissement figurent en tant que tels dans les prochains Objectifs du développement durable appelés à succéder aux OMD après 2015. Un droit à un approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable d’une eau salubre et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques de chacun.la colere de l'eau

Depuis  deux semaines, l’eau manque cruellement  dans de nombreuses zones de la ville de Dakar qui compte quelques  trois millions d’habitants alimentés pour 40%  à partir du lac de Guiers. Ailleurs, dans le monde rural, délaissés par les autorités, de nombreux canaux et réservoirs sont tombés en décrépitude et beaucoup de paysans ne dépendent plus que des puits pour leur survie.  Face à la montée de la colère des Dakarois L’Etat vient de promettre  de faire face à l’urgence pour un retour rapide à la normale et  apporter des solutions, quel que soit le prix, pour régler le problème de l’approvisionnement en eau de Dakar, y compris le dessalement de l’eau de mer.

“Je lance un appel au calme. (…) Je suis le premier à trouver cette situation inacceptable, difficile à supporter pour les populations et je le regrette énormément car pareille situation ne saurait être tolérée, et toutes les responsabilités seront déterminées afin que cette pénurie d’eau n’ait plus lieu dans notre pays » a dit Macky Sall.
C’est ainsi que des points de distribution d’eau ont été ouverts et des camions-citernes de l’armée mis à contribution pour desservir certaines zones touchées par la pénurie, mais de nombreux Dakarois demeurent en quête d’eau, munis de bassines, seaux ou bouteilles d’eau minérale. Des ONG de défense des droits humains ont rappelé au gouvernement sénégalais son devoir d’assurer l’accès à l’eau potable pour les populations.

“Cette situation dramatique” de pénurie “constitue une violation flagrante du droit à l’eau et à un environnement sain dont les premières victimes sont les enfants, les femmes enceintes, les malades et les populations à faible revenu”, elle “expose les populations à de graves problèmes d’hygiène et de santé”, affirme dans un communiqué la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho). De leur côté, la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme (LSDH) et Amnesty International-Sénégal appellent le gouvernement du Sénégal à prendre toutes les mesures utiles pour assurer le droit à l’eau potable et à l’assainissement de la population.

Depuis l’usine de Keur Momar Sarr, la SDE répète à l’envie, que tout est mis en œuvre pour réparer la conduite cassée, avec des ouvriers et techniciens à la tâche jour et nuit pour tenter de résoudre le problème. Mais les dernières nouvelles ne sont pas bonnes car 6 ouvriers qui réparaient la conduite ont été blessés et internés depuis hier  à l’hôpital de Louga.
Malédiction pour les uns, la pénurie d’eau offre des débouchés très lucratifs à d’autres. Elle fait d’abord la fortune des foreurs de puits. La petite ville de Yoff, s’en est fait une spécialité, comptant aujourd’hui 100 foreurs prêts à partir avec leurs pelles. Les charretiers ne sont pas en reste. Tout au bout de cette chaîne économique, la pénurie d’eau a même donné naissance à une start-up. L’horaire d’arrivée des camions citernes étant aléatoire, les habitants peuvent être prévenus par texto. Mais pour combien de temps encore ? La question de l’assainissement est finalement  loin d’être réglée.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*