La Côte d’Ivoire n’envisage pas se retirer de la CPI (Ouattara)

ciLe président ivoirien Alassane Ouattara a indiqué lundi à Abidjan, la capitale économique du pays, que la Côte d’Ivoire n’envisage pas se retirer de la Cour pénale internationale (Cpi), à l’issue d’une audience à la présidence avec le Premier ministre français, Manuel Valls, a constaté le correspondant de Oeildafrique.com.

Il s’agit d’une question de souveraineté, a soutenu M. Ouattara qui répondait à un journaliste, après son entretien avec Manuel Valls, faisant allusion aux pays qui ont engagé la procédure de retrait de la juridiction pénale internationale.

 Le gouvernement ivoirien qui a remis à la Cpi l’ex-président Laurent Gbagbo et son co-accusé, Charles Blé Goudé, ne compte plus faire de transfèrement, estimant être capable de juger ses citoyens sur son sol.

L’épouse de M. Gbagbo, actuellement en procès au tribunal d’Abidjan, est sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par la Cpi pour son rôle dans les violences postélectorales ivoiriennes de 2010-2011.

La Côte d’Ivoire refuse de la remettre à la Cpi malgré les multiples relances de la Cour, qui a d’ailleurs rejeté questions d’exception soulevées par la partie ivoirienne.

Après l’Afrique du Sud et le Burundi, la Gambie a annoncé mardi dernier son retrait de la Cour pénale internationale (Cpi), reprochant à la juridiction de ne pas poursuivre des dirigeants des grandes puissances auteurs « crimes de guerre ».

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*