La Fondation Gates débloque un budget pour un plan anti-moustiques radical

Les moustiques représentent l’une des plus grandes menaces pour la santé publique mondiale depuis de nombreuses années. Avec plus de 800’000 victimes par an, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) lutte activement contre leur prolifération toujours plus importante. Récemment, la Fondation Gates a alloué un budget conséquent pour la mise en place d’un nouveau plan anti-moustiques radical.

Les maladies transmises par les moustiques représentent l’un des facteurs de mortalité les plus importants de la planète. Provoquant environ 830’000 décès par an dus à des pathologies contagieuses comme le paludisme, la dengue ou le virus Zika, les gouvernements luttent constamment pour endiguer le phénomène. Les milliardaires Bill et Melinda Gates, au travers de la Fondation Gates fondée en 2000, ont déjà alloué plus de 2 milliards de dollars dans le combat contre le paludisme.

Voulant pousser leur croisade encore plus loin, la fondation vient d’allouer un budget de 4.1 millions de dollars pour le développement et la mise en place d’un nouveau plan de lutte consistant en le relargage dans la nature, de millions de moustiques mâles génétiquement modifiés, « programmés » pour tuer leur propre progéniture. Cette semaine, la Fondation a passé un accord avec la société britannique Oxitec pour leur confier le projet de recherche. Elle avait déjà alloué des fonds à Oxitec en 2010 pour le développement de moustiques transgéniques.

Cette compagnie, fondée en 2002 par l’incubateur de l’université d’Oxford, a breveté ses insectes tueurs sous le nom de «  Moustiques Amicaux  » (Friendly Mosquitoes) car non seulement ceux-ci ne piquent pas, mais en outre ils réduisent la population de leurs congénères. En effet, Oxitec n’en est pas à son premier coup d’essai.

La compagnie d’ingénierie génétique avait déjà déployé au Brésil, en 2016, des moustiques modifiés pour neutraliser spécifiquement les moustiques de l’espèce Aedes aegypti, transmettant plusieurs virus (Zika, dengue, fièvre jaune, etc). Dans certaines zones, la population d’Aedes aegypti a été réduite de plus de 90%.

…./….

Lire la suite

Publié par wikistrike.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*