La forte démographie, un défi politique brûlant en RDC

La croissance démographique en République démocratique du Congo, l’une des plus fortes au monde et qui échappe à tout recensement depuis 35 ans, perturbe le processus électoral en cours en plus de ses multiples enjeux d’avenir, selon une étude récente.

Plus grand pays d’Afrique sub-saharienne (2,345 millions de km2), la RDC est le troisième pays du continent le plus peuplé avec 76 à 85 millions d’habitants, selon les estimations des Nations unies ou de Kinshasa.

D’entre eux, 40 millions ont été retenus sur les listes pour les élections prévues le 23 décembre 2018. “À l’échelle nationale, l’augmentation du nombre d’inscrits paraît cohérente avec la croissance démographique: 32.024.640 inscrits en 2011, 40.287.385 en 2018”, estime l’IFRI (Institut français des relations internationales) qui publie une note intitulée: “la République démocratique du Congo face au défi démographique“.

“En revanche, les distorsions entre provinces s’expliquent difficilement”, ajoute l’IFRI à moins de trois mois des élections présidentielle, législatives et provinciales.

“Les principaux bastions de l’oppositiono nt perdu des sièges: quatre pour chacune des anciennes provinces de l’Équateur et du Kasaï occidental, deux pour le Bandundu. L’ex-Katanga en revanche en gagne deux”, détaille l’auteur de la note, le géographe spécialiste de l’Afrique Roland Pourtier.

“Faute de données démographiques établies indépendamment des enjeux électoraux, la suspicion continuera de polluer le processus électoral”, estime le centre de recherches parisien.

L’opposition dénonce des millions “d’électeurs fictifs” inscrits sans empreintes digitales sur le fichier électoral.

L’enjeu de ces élections est à la mesure d’un immense pays instable aux neuf frontières: tenter d’organiser le départ du président Joseph Kabila après 18 ans de pouvoir, avec une première transition pacifique.

D’après un diplomate, des élections acceptables permettraient de prendre date pour l’avenir dans ce pays “parmi les plus jeunes du monde (45 % de moins de 15 ans)” et où la croissance démographique va se poursuivre d’après l’IFRI.

Selon les projections citées dans la note, la population congolaise va passer le cap des 100 millions d’habitants dans les 15 ans et va s’établir en 2050 entre 139 et 180 millions d’habitants.

La croissance de la population dépendra de la diffusion de la contraception pour l’instant marginale, relève la note.

“Six enfants par femme”

La RDC “fait partie des cinq pays au monde, tous africains” où le taux de fécondité “dépasse, en 2017, six enfants par femme (Angola, Niger, RDC, Somalie, Tchad)”, précise l’IFRI.

“La RDC aspire à devenir un pays émergent. Or tous les pays émergents ont accompagné leur croissance économique d’une transition démographique radicale grâce à la +révolution contraceptive+”, selon l’IFRI.

“À cet égard, la RDC accuse un grand retard. Une prise de conscience des autorités politiques se fait jour cependant, reconnaissant que le ‘dividende démographique’ n’est envisageable qu’avec une baisse significative de la fécondite.

La baisse de la fécondité pourrait s’accélérer avec “le mouvement irrésistible d’urbanisation”, avance l’IFRI, selon qui ce taux “tombe” à 4,4 enfants par femmes dans la capitale Kinshasa (10 millions d’habitants).

“Face aux défis de l’explosion démographique, la RDC ne manque pas d’ atouts. Elle ne se trouve pas dans la situation sans issue du Sahel car elle dispose de réserves foncières considérables, évaluées à 80 millions d’ hectares cultivables par (l’agronome) Eric Tollens”, poursuit l’IFRI.

La RDC n’a pas recensé sa population depuis 1984. Ce désert statistique a nourri une autre polémique, au sujet du nombre total de morts pendant les deux guerres civiles entre 1998 et 2003.

Citée dans l’étude, l’ONG International rescue committe (IRC) est accusée d’avoir ajouté de la “confusion statistique” en avançant au fil des années le nombre de six millions de victimes.

Ce nombre-choc a été relayé “par des médias qui se nourrissent de sensationnalisme”, “la perte de 5 ou 6 millions de personnes en quelques années étant en effet incompatible avec une croissance de la population congolaise de l’ordre de 3 % par an”, selon l’IFRI.

A l’inverse, d’autres études ont ramené ce nombre à 200.000: “Le grand écart! Les chiffres, plus que jamais, font partie des stratégies politiques”, conclut l’IFRI.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*