La Gambie met fin au contrat d’Africa Petroleum

Les blocs offshores gambiens A1 et A4 sont désormais remis sur le marché mondial de l’exploration pétrolière.

Selon la porte-parole du Président Adama Barrow, Amie Bojang Sissoho interrogé par BBC, son pays a le choix entre lancer un appel d’offre ou accorder directement deux nouvelles licences à des investisseurs.

 »La licence d’Africa Petroleum est terminée et n’a pas été renouvelée. Leurs anciens blocs sont maintenant disponibles à de nouvelles offres pour que l’Etat gambien décide à qui donner une licence. Seuls FAR et Erin ont une licence », a indiqué Mme Bokang Sissoho.

Mi-juillet dernier, avant une audience que lui a accordée le Président gambien Adama Barrow, Jens Pace, le directeur général d’Africa Petroleum, déclarait dans un communiqué que son entreprise prévoit d’évoquer les mécanismes de contestation contenus dans sa licence si les autorités de Banjul maintiennent leur décision d’éjecter Africa Petroleum.

Mais après cette audience, le gouvernement gambien est resté ferme sur sa décision de ne plus prolonger la durée de validité des licences accordée à l’entreprise du milliardaire australo-roumain, Frank Timis.

Or, l’évaluation effectuée par Africa Petroleum suggère que les blocs offshores gambiens A1 et A4 pourraient contenir ensemble plus de 3 milliards de barils de pétrole.

Ils sont en effet adjacents à d’autres gisements au large du Sénégal, où le consortium, composé de Cairn Energy, FAR Limited, Woodside Petroleum et Petrosen, a réussi les plus grandes découvertes mondiales de brut en 2014.

A la convoitise d’Africa Petroleum sur ces potentiels gros gisements s’oppose désormais la nouvelle volonté du gouvernement gambien de trouver des investisseurs beaucoup plus offrants.

L’exploration offshore gambienne a le vent en poupe puisqu’en mars dernier, la compagnie australienne FAR Ltd a racheté 80% des blocs A2 et A5 acquis par le New Yorkais, Erin Energy.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*