LA GUINÉE ÉQUATORIALE NE VEUT PLUS ABANDONNER LE FRANC CFA

L’information fait une chevauchée à la vitesse d’ébola et alimente tous les fantasmes dans les réseaux sociaux: Obiang Nguema a décidé de quitter le franc CFA! On lit avec gourmandise le texte savoureux et on l’avale comme un gâteau: “C’était lors d’une réunion des hauts responsables du gouvernement que le chef d’État équato-guinéen a fait une annonce(…) À l’horizon 2025, un programme de développement devrait permettre au pays d’atteindre le seuil de l’émergence, mais la monnaie actuelle du pays qu’est le franc CFA serait un frein à ces objectifs. Une nouvelle monnaie qui s’appellerait MAL serait donc en projet pour remplacer le CFA, la seule monnaie coloniale toujours en activité aujourd’hui(…)La Guinée ne se voit plus trop dans cette politique de parrainage colonial et voudrait donc prendre son destin en main”, repend-on en choeur sur des sites sans vérifier la source.
Pendant qu’on est entrain d’applaudir Obiang Nguema Mbazogo comme la nouvelle star aux oscars des présidents panafricanistes pour cette décision souverainiste fracassante qu’on lui attribue, j’ai activé mes réseaux pour le recoupage. Froid glacial au palais présidentiel de la Guinée Équatoriale où, paradoxalement, on me demande de contacter la Banque des États de l’Afrique Centrale. Là-bas aussi, on me renvoie à Paris. Chez qui? La voix s’évanouit. Pas l’ombre d’une tentative de sortie de la zone franc CFA. Ce n’était qu’une rêverie montée de toutes pièces par les contrebandiers de la communication politique démagogique pout faire le buzz et relustrer l’image d’Obiang Nguema.

Ancienne colonie espagnole devenue indépendante en 1968, la Guinée Équatoriale utilisait déjà sa propre monnaie appelée Peseta guineana. Puis, elle s’est dotée d’Ekuele comme monnaie entre 1975 et 1980, laquelle est devenue Epkwele de 1980 à 1985. Pays exportant exclusivement le cacao (36 000 tonnes ) et le bois dans les années 70, la Guinée équatoriale a pris un virage à 180 degrés en direction de la zone franc CFA le 1er janvier 1985, après que les réserves de pétrole et de gaz aient été découvertes par Total SA, une entreprise pétrolifère et gazière française qui va commencer l’extraction en 1996. Troisième producteur continental du pétrole, surnommé le Koweït africain, le pays du pétrodollar Obiang Nguema dont 88% de la population ne s’exprime qu’en espagnol, a fait un retourné acrobatique à la Ronaldo, pour retomber en pleine lucarne dans les filets du franc CFA ( franc des Colonies Françaises d’Afrique). Et quand la tempête du Front Anti Franc CFA s’est levée dans la zone CEMAC , Obiang Nguema a couru sous le parapluie de Paris en 2016, pour dire que le franc CFA était le meilleur abri pour son économie. Le franc CFA pour lui, c’est à vie.
L’idée de sortie du franc CFA de la Guinée Équatoriale n’est donc qu’une rumeur d’une simple fin de soirée alcoolisée avec du vin Bordeaux et les champagnes millésimes au palais équato- guinéen. Personne ne se souvient plus de rien. La seule information en matière d’économie concerne la ZLEC, la zone de libre échange continentale à laquelle 49 pays africains ont adhéré et dont les négociations interminables durent depuis plus de six ans.
Certains pays ont décidé d’abandonner le franc CFA lors de l’obtention de leur indépendance ou après à l’instar de l’Algérie (1963), le Maroc (1959), la Tunisie (1958), la Mauritanie(1973), Madagascar(1973), la Guinée (1958), l’ex- Indochine (Cambodge, Laos, Viêtnam) en 1954. 《 Nous n’avons pas la prétention de donner des leçons à qui que ce soit. Quitter le Franc CFA, c’est un choix que nous avons fait en 1973. C’est un choix qui se justifiait parce que la Mauritanie était un pays naissant qui avait l’ambition de prendre en main sa propre destinée c’est-à-dire de mener sa propre politique monétaire. C’est donc le choix d’un pays souverain dans ce domaine (…)En tout cas, nous avons fait ce choix et nous ne le regrettons pas》 avait soutenu Abdel Aziz Ould Dahi, gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie.

Les pays qui ont abandonné le franc CFA ne sont pas les derniers de la terre comme les pays francophones qui y sont attachés. Le Nigéria, pays anglophone utilisant sa propre monnaie, demeure le premier partenaire commercial de la France en Afrique. Pendant ce temps, le Mali, après avoir quitté le franc CFA en 1962, est revenu en courant pour réintégrer ce clan des pays pauvres et très endettés en 1984. Idriss Déby et Alpha Condé ne font que piailler tels des vieux bébés qui s’accrochent sur le sein maternel. Comme s’en moquait Emmanuel Macron: 《 Si on ne se sent pas heureux dans la zone Franc, on la quitte, et on crée sa propre monnaie, comme l’ont fait la Mauritanie et Madagascar. Si on y reste, il faut arrêter les déclarations démagogiques faisant du Fcfa le bouc émissaire de vos échecs politiques et économiques, et de la France la source de vos problèmes 》.

In the Spotlight

Bolloré vole 1,5 milliard au fisc sénégalais

by Babacar Diop in A LA UNE 0

Bolloré pris en flagrant délit de fraude fiscale ! C’est ce que révèle Libération en une de sa parution du jour. Un contrôle a permis aux services des impôts et domaines de déceler de nombreuses [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*