L’affaire Tariq Ramadan : Inadmissible

Inadmissible. Qu’un homme, présumé innocent et gravement malade, soit maintenu en détention ‘provisoire’ depuis plus de cinq mois, sa santé se détériorant de manière probablement irréversible, selon la neurologue désignée par les autorités.

Inadmissible. Que les autorités aient pu nier sa maladie pendant les deux premiers mois malgré les rapports de neuf médecins attestant le contraire, lui privant, jusqu’à maintenant, de soins médicaux et thérapeutiques nécessaires.

Inadmissible. Qu’il soit mis en isolement total depuis sa mise-en-examen, souvent ce placement allant jusqu’à 23 heures par jour, une pratique absolument attentatoire aux libertés d’une personne qui ne représente aucun danger et dont le comportement comme détenu est exempt de tout reproche.

Inadmissible. Qu’il lui soit demandé dans cette situation de se défendre alors qu’il subit une torture psychologique, voire physique causée par les conditions de sa détention.

Inadmissible. Que la maladie de sclérose en plaque dont il souffre se soit empirée faute de soins et qu’il soit affecté maintenant, entre autres selon la neurologue désignée, de paresthésie sur tout le bras droit jusqu’à l’épaule avec crampes à la main, de troubles de concentration avec un temps de concentration qui n’excède pas vingt minutes, de maux de tête intenses et permanents, de pertes de mémoire, d’incontinence, d’impossibilité de se déplacer sans un déambulateur.

Inadmissible. Qu’il ne puisse avoir accès à son dossier, l’obligeant dans l’état où il se trouve, à prendre des notes dans des conditions impossibles dans une pièce exigüe de quatre mètres carrés quand son avocat lui rend visite.

Inadmissible. Qu’il soit transféré maintes fois d’une prison à une autre, d’un hôpital à un autre, souvent en urgence sans un moyen de transport conforme, sans en informer sa famille et son avocat.

Inadmissible. Que depuis plus de cinq mois, les plaintes contre lui n’aient pas été vérifiées, les versions des plaignantes aient pu changer de manière insensée, les confrontations n’aient pas eu lieu et les éléments de la défense n’aient pas été prises en considération.

Inadmissible. Que les multiples propositions et garanties permettant une remise en liberté sous caution d’une personne gravement malade soient toujours rejetées, bafouant le principe du respect de la présomption d’innocence alors que l’incarcération aurait dû être l’exception, particulièrement dans ce genre de cas.

Inadmissible. Que des Ministres et autres personnalités visés par des plaintes similaires ne soient nullement inquiétés et demeurent toujours en poste, prouvant que la justice n’est pas la même pour tous.

Inadmissible. Que des politiciens et autres islamophobes manigancent cette affaire pour faire toutes sortes d’amalgames avec l’islam et les musulmans au lieu de laisser la justice agir en toute indépendance.

Inadmissible. Que les propos d’une des plaignantes concernant l’implication d’un ex-Président de la République, les pressions des Renseignements Généraux ou encore la collusion entre les plaignantes et certains islamophobes notoires aient été ignorés.

Inadmissible. Que le secret d’instruction n’ait pas été respecté avec pour conséquence de nombreux éléments, surtout à charge et rarement à décharge, sont repris de façon déformée dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Inadmissible. Que ces derniers se transforment en tribunaux faisant des plaignantes des victimes de faits établis, qui s’exhibent sur les plateaux de télévision ou de radio, condamnant sans appel déjà un homme gravement malade, présumé innocent, incarcéré alors que l’enquête traîne depuis des mois, lui enlevant les moyens de se défendre.

Inadmissible. Que le témoignage d’un homme sous de telles contraintes puisse être recevable parce qu’il est soumis à une torture psychologique, voire physique.

Inadmissible. Que certains dans les médias et sur les réseaux sociaux utilisent des soi-disant aveux afin de salir la réputation d’un homme qui n’a commis aucun crime.

Inadmissible. Qu’à défaut de pouvoir condamner un homme devant la justice et détruire le message qu’il porte, certains se livrent à la médisance et à la calomnie sur la base de fuites du dossier, d’informations tronquées, sinon à force de rumeurs fausses et malicieuses.

Inadmissible. Que l’islam puisse nous ordonner autre chose que le bien et interdire autre chose que le mal, que les musulmans ne soient autres que des témoins de justice, même lorsque c’est contre eux-mêmes.

Inadmissible. Que nous nous laissions piéger par ceux qui veulent manipuler notre jugement en exploitant nos émotions, notre ignorance des faits et notre manque de discernement face à l’opacité de la situation.

Inadmissible. Que nous soyons les victimes d’un matraquage médiatique et des dérives des réseaux sociaux cherchant à nous briser dans notre foi, nos convictions et notre engagement pour le bien et contre le mal.

Inadmissible. Que nous demeurions indifférents à l’injustice que subit un homme, un prisonnier politique, parce que c’est pour ses idées qu’il est en prison alors que d’autres sont en liberté suite à des plaintes similaires.

Inadmissible, enfin, que si cet homme ne s’appelait pas Tariq Ramadan, il serait libre aujourd’hui.

Dr Khalil ELAHEE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*