Lamine Lily Sambou ancien combattant du Mfdc: ”Je suis revenu chez moi pour fonder une association de développement”

Le travail discret de Robert Sagna et son équipe pour un retour définitif de la paix en Casamance commence à donner ses fruits. Lamine Lily Sambou, un combattant du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) a, par exemple, déclaré le samedi à Macouda, village situé dans la zone du Narang près de la frontière gambienne, à près de 100 kilomètres au nord-ouest de Ziguinchor, avoir déposé les armes pour créer une association qui s’appelle ‘’Jeunesse et Campagne’’ pour adhérer au processus de paix en Casamance, initié par le Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC), que dirige l’ancien maire de Ziguinchor. Ce combattant prenait part à un forum visant à ramener la paix dans le Narang-ouest dont il est originaire. Il note que cette association, c’est pour contribuer au développement de sa localité car sans développement, il ne peut pas y avoir la paix.
‘’J’adhère au projet de paix de Robert Sagna et son groupe. Je suis prêt à participer à des négociations pour le retour de la paix, mais la paix doit être avant tout un sentiment personnel et non un simple slogan. On ne doit pas revenir vers ses parents et dire qu’on est pour la paix et retourner après faire ce que tu veux, ce n’est pas ça la paix. il faut vivre cette paix par ses pensées, par le travail et respecter son engagement. La paix est un mot sacré que nous utilisons souvent malheureusement pour du business. Ça ne doit pas ça. Retournons à la maison et parlons-nous. Pour revenir au village, j’ai créé une association qui s’appelle Jeunesse et Campagne. Donc doit construire la paix chez lui’’, a-t-il confié, soulignant que les porteurs d’armes qui sont dans le maquis ne sont pas ceux qui sont à l’origine de la crise en Casamance, mais ce sont plutôt ceux-là qui les ont armés.
‘’Les combattants ne peuvent pas fabriquer des fusils ou des munitions et ils ne peuvent pas non plus se nourrir d’eux-mêmes, il y a des gens derrière eux’’, lance t-il avant d’assurer que la page de la guerre en Casamance est tournée.
‘’Dieu merci on a tourné la page de la guerre en Casamance. Si la page de la guerre n’était pas tournée en Casamance, le drapeau du Sénégal n’allait pas flotter ici à Macouda où nous sommes. Il y a le drapeau du Sénégal qui flotte ici non ? Il fut des temps, même si vous parlez le wolof ici en Casamance, vous êtes massacré. Aujourd’hui Robert Sagna ans être escorté par l’armée donc Dieu merci. Mais vous savez le bonheur de quelqu’un est le malheur de l’autre, donc, les négociateurs de cette paix doivent l’accompagner jusqu’au bout’’, affirme t-il.
Lamine Sambou soutient que, certes la tenue de ce genre de forums de sensibilisation est une très bonne chose pour le retour de la paix, mais, à son avis, on doit allant plus loin en initiant des actes concrets pour sortir des zones affectées comme le Narang de l’isolement.
‘’C’est une très bonne chose d’organiser ces forums, mais il faut les accompagner d’actes concrets. Qu’est-ce que j’appelle actes concrets ? Là où vous êtes aujourd’hui à Macouda, si vous tombez malade, il faut absolument vous évacuez jusqu’à Diouloulou et pour le faire il faut normalement une ambulance, mais malheureusement ce sont les motos Jakarta qui évacuent les malades ici parce qu’il n’y a pas d’ambulance. Et les secousses sur la routes vont aggraver votre maladie parce qu’il n’y a pas de routes praticables. Donc de la paix que l’on réclame, on sous-entend beaucoup de choses. Quand quelqu’un vous dit qu’il n’y a pas la paix chez moi, c’est parce qu’il a faim. Ici on a faim mais pas parce que nous n’avons pas de quoi manger, mais c’est parce qu’on n’a pas l’esprit tranquille’’, mentionne t-il avant de noter que la guerre que lui et ses amis menaient, c’est donc pour avoir le bonheur de bien vivre.
‘’Celui qui va à la guerre, il est en guerre pour son bonheur. Si vous lui dites que tu vas combattre pour mourir, il ne va jamais combattre. En combattant, il y a toujours un espoir. Il y a un adage qui dit que quand vous rencontrez des difficultés en route, sachez que demain sera bon. Donc il faut penser au bonheur des populations dans la recherche de la paix’’, conclut-il.

Mamadou Alpha Diallo (infos15.com)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*