Lancement de Pastef à Dakar: «Macky Sall a peur»

C’est officiel ! Ousmane Sonko a lancé Pastef Dakar. Le meeting de lancement officiel s’est tenu, ce dimanche 29 juillet 2018 au terrain des Hlm Grand-Yoff. Un lancement qui annonce le démarrage des activités du parti politique de Sonko dans la capitale sénégalaise. Ousmane Sonko, dans son discours, a révélé qu’aujourd’hui, son parti a amorcé sa seconde phase.

Et celle-ci consiste à dire aux Sénégalais la vision et le programme de Pastef, devenu aujourd’hui, «un grand parti politique» car, il est présent dans les 45 départements du pays et un peu partout à travers le monde. Une massification qui, pour Sonko, «a été possible que par le travail et non par des milliards volés». «Nous avons osé nous fixer ce défi, de partir du néant politique.

Au début, nous n’étions qu’une dizaine de personnes. Donc, aujourd’hui, on peut rendre grâce à Dieu et croire davantage à ce que nous faisons pour le Sénégal uniquement. C’est cela le patriotisme», a martelé le politique. Toutefois, le leader du Pastef n’a pas manqué de faire savoir à ses militants que le parti n’a qu’un seul adversaire politique.

Et ce dernier n’est personne d’autre que Macky Sall, sa famille et ses partisans. «Il ne faut pas que nous soyons des facteurs de division de l’opposition. Parce que, l’adversaire que l’on a, c’est seul le rapport de force qui peut le rendre inflexible car, il ne considère pas le droit ni la société ni l’avis international ni autre chose. Il n’est obsédé que d’un second mandat. Et s’il devrait passer sur des cadavres pour l’obtenir, il le fera.

Donc, ne nous trompons pas de combat. Et pour réussir ce dernier, Sonko estime que son parti politique doit «nécessairement avoir une unité avec l’opposition». Par ailleurs, Ousmane Sonko a annoncé que, les jours à venir, Pastef va présenter son programme politique aux Sénégalais pour la présidentielle de 2019. Un programme qui, selon lui, est «unique en son genre» et qui va toucher du doigt «les maux du Sénégal».

Le leader des «Patriotes du Sénégal», toujours dans ses piques en direction du régime, estime que l’affaire Khalifa Sall a démontré que la démocratie et la justice sénégalaise ont reculé, mais surtout, elle a démontré «le manque d’élégance» du chef de l’Etat. «Macky Sall est un président inélégant Il soutient qu’il est le président le plus compétent et qui a fait plus de réalisations. Mais, il a peur de lutter avec ses adversaires politiques.

C’est paradoxal car, s’il est sûr de toutes ses réalisations, il ne devrait pas empêcher aucun candidat pour l’élection présidentielle de 2019. Mais, je pense qu’il a tout simplement peur. S’y ajoute «son injustice, son incompétence et son manque de patriotisme», a lancé le député à l’Assemblée nationale.

Auteur: Cheikhou AIDARA – Seneweb.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*