L’ARMÉE FRANÇAISE RESSUSCITE BEN LADEN EN AFRIQUE

Encore des tirs à Ouagadougou! Ce dimanche 4 mars, aux alentours de 2 heures du matin, un groupe de terroristes a pris d’assaut un barrage de Ouaga 2000, centre névralgique des institutions. Les éléments du GSPR, la Garde présidentielle, ont réussi à mettre les assaillants en déroute et ont abattu l’un d’entre eux qui voulait prendre la poudre d’escampette. Mais d’où viennent-ils donc? Qui veut déstabiliser le Burkina Faso?

Le double attentat du vendredi 2 mars 2018 dont le bilan officiel est de 8 morts et 80 blessés du côté des forces de Défense, a été revendiqué par le groupe djihadiste malien du Jamaat Nosrat al-Islam Wal-Mouslim, le même qui a revendiqué l’attaque de Kidal qui a tué 5 soldats nigériens. Et celui qui dirige ce syndicat de terroristes est Iyad Ag Ghali, 60 ans, bien connu par les occidentaux et les autorités burkinabè.

Ce terroriste malien a été accueilli, nourri, financé , hébergé dans les hôtels huppés et résidences climatisées à Ouaga 2000 par Blaise Compaoré ,entre 2012 et 2014. Il se pavanait crânement sous les attributs de conseiller spécial du ministre Djibril Bassolé, pour aller jouer les négociateurs de la crise au Mali. Plusieurs fois, il a été sollicité par les occidentaux pour la libération de leurs otages détenus par les djihadistes , alors que c’est lui-même qui était fondateur du groupe salafiste djihadiste Ansar Dine dont l’objectif principal a toujours été d’instaurer la charia au Mali.

Dès que Blaise Compaoré a chuté et que l’armée française a augmenté ses effectifs à 4000 soldats pour boucler le Sahel, la guerre des intérêts a commencé entre anciens collaborateurs. Après avoir déclaré à Niamey en décembre 2017 qu’il allait mener une guerre sans merci contre les terroristes d’ Iyad Ag Ghali, Macron a accentué les raids au Mali. Dans son message de revendication du double attentat de vendredi, les terroristes affirment qu’ils sont entrain de venger leurs leaders, dont le chef djihadiste Hacen Al-Ançari, qui ont été tués lors des raids de l’armée française au Nord-est du Mali.

C’est exactement de la même manière que Ben Laden, longtemps financé et en odeur de sainteté avec la Maison Blanche dans des sales coups, s’était retourné contre les États-Unis. Comme le disait Emmanuel Levinas: 《 les personnes ne sont pas l’une devant l’autre, simplement les unes avec les autres, complices autour de quelque chose》.

J. RÉMY NGONO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*