November 24, 2017
News Ticker

Las Vegas : ce que l’on sait de la tuerie

Les spectateurs d’un concert de country en plein air ont été pris pour cible par un tireur dimanche soir dans la ville du Nevada. La fusillade a fait au moins 58 morts. Selon le FBI, aucun lien n’a été établi «jusqu’à présent» entre le tireur et l’Etat islamique, qui a revendiqué l’attaque.

Au moins 58 personnes ont été tuées et 400 blessées, dimanche 1er octobre, lors d’un concert de musique country à Las Vegas. Le tireur s’est suicidé. Libération fait le point sur l’attaque.

Que s’est-il passé ?

Un tireur a ouvert le feu dimanche soir un peu après 22 heures sur une foule rassemblée pour un concert en plein air à Las Vegas. Des milliers de spectateurs (environ 22 000 selon la police) s’étaient retrouvés sur une vaste esplanade de la ville du Nevada, réputée pour ses casinos et ses hôtels de luxe, pour voir se produire le chanteur Jason Aldean lors d’un festival de musique country. Le tireur se trouvait au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, surplombant le public. C’est de la fenêtre d’une chambre de cet établissement qu’il a perpétré le carnage. Il était seul et surarmé, selon la police.

«Nous étions en train de passer une très bonne soirée, quand nous avons entendu ce qui ressemblait à des pétards. Il s’agissait en fait d’une arme automatique en pleine action, mais ça ressemblait à des bruits de pétards», a raconté au Las Vegas Sun Joe Pitz, un témoin. Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent la foule paniquée s’enfuir au moment des rafales de tirs. Sur des photos, des spectateurs apparaissent blessés, allongés sur le sol devant la scène, parfois réconfortés par un proche. «Ça a commencé comme un bruit de verre brisé. On a regardé autour de nous pour savoir ce qui se passait. Quelques minutes plus tard, on a entendu pop-pop-pop-pop. On a pensé que c’était des feux d’artifice ou des pétards. Et on a réalisé que ce n’était pas le cas, que c’était des coups de feu», a raconté une spectatrice, Monique Dekerf à la chaîne CNN. «On a pensé pour un moment, OK on va bien, il n’y a plus de tirs et puis ça a recommencé», a-t-elle ajouté.

Quel est le bilan provisoire de l’attaque ?

Le dernier bilan fait état de «au moins 58 morts», selon le shérif de la ville Joseph Lombardo. 406 personnes ont en outre été transportées à l’hôpital. Un policier qui n’était pas en service fait partie des personnes tuées. Deux policiers en service ont été blessés. La porte-parole de l’University Medical Center, l’un des hôpitaux de Las Vegas, avait indiqué un peu plus tôt que plusieurs victimes présentant des blessures «apparemment causées par des armes à feu» avaient été prises en charge.

Les autorités ont lancé un appel aux dons de sang. Facebook a activé son Safety Check, dispositif qui permet aux utilisateurs du réseau social de rassurer leurs proches en indiquant qu’ils sont sains et saufs.

Qui est le tireur ?

L’auteur des coups de feu se nomme Stephen Craig Paddock et est âgé de 64 ans, selon le shérif Joe Lombardo. Il a été retrouvé mort par les unités d’intervention spéciales (SWAT) dans sa chambre d’hôtel du Mandalay Bay. Le shérif de la ville avait indiqué dans un premier temps que la police avait abattu le suspect. Plus de dix fusils ont été retrouvés avec le tireur, a ajouté le shérif. Le retraité n’était pas connu des services de police et n’avait pas de casier judiciaire. Il résidait à Mesquite, une ville du Nevada située à une centaine de kilomètres de Las Vegas. Il avait également habité au Texas et en Californie. La compagne de Stephen Paddock, une femme nommée Marilou Danley un temps recherchée par les forces de l’ordre, a été localisée «à l’étranger». «Nous lui avons parlé et nous ne pensons pas qu’elle soit impliquée», a indiqué le shérif.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l’attaque via son organe de propagande Amaq, affirmant que le tireur était un «soldat de l’EI» qui s’était converti à l’islam il y a quelques mois. Selon le FBI, aucun lien n’a été établi «jusqu’à présent» entre le tireur et l’Etat islamique. Selon son frère, Eric Paddock qui s’est exprimé sur plusieurs médias locaux, Stephen Paddock aimait «jouer dans les casinos» et n’avait pas de «convictions religieuses» connues.

Quelles sont les réactions ?

Le président américain Donald Trump a présenté ses condoléances après l’attaque. «Mes sincères condoléances et mes pensées pour les victimes et les familles de la terrible fusillade de Las Vegas», a-t-il écrit sur Twitter. Il a ensuite dénoncé dans une déclaration le «mal absolu» représenté par cet acte, sans mentionner la revendication du groupe Etat islamique. Le pape François s’est dit «profondément attristé» par une «tragédie insensée». «Les pensées du Royaume-Uni sont avec les victimes et les services d’urgence», a tweeté la Première ministre britannique Theresa May.

«Nos pensées et nos prières vont à ceux qui ont été victimes des événements tragiques de la nuit dernière», a écrit le Mandalay Bay sur son compte Twitter. Dans un message sur Instagram, le chanteur Jason Aldean a indiqué que son groupe et lui étaient sains et saufs. «La soirée a été au-delà de l’horreur», a-t-il indiqué en dédiant «ses pensées et ses prières» à tous ceux qui se trouvaient dimanche à son concert.

Quels sont les précédents aux Etats-Unis ?

Avant la tuerie de Las Vegas, la pire fusillade de l’histoire américaine récente s’était produite à Orlando en Floride. Le 12 juin 2016, un Américain d’origine afghane, Omar Mateen, avait tué 49 personnes et en avait blessé une cinquantaine dans un club gay de la ville de en Floride. Il s’agissait d’un attentat, le pire aux Etats-Unis depuis ceux du 11 septembre 2001. L’organisation Etat islamique (EI), auquel le terroriste avait fait allégeance, avait revendiqué la fusillade. Les Etats-Unis ont connu de nombreuses autres fusillades très meurtrières ces dernières années, notamment à l’université de Virginia Tech (32 morts) en 2007, dans l’école primaire de Sandy Hook (26 morts) en 2012, dans un cinéma d’Aurora dans le Colorado en 2012 (12 morts) ou à San Bernardino en 2015 (14 morts).

LIBERATION avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Close