Le bilan d'Ebola s'alourdit encore en Afrique de l'Ouest

713f3860831c1f0177cb6f0fa70221d2France24

L’épidémie d’Ebola continue de s’étendre en Afrique de l’Ouest, a souligné mardi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), saluant toutefois “des signes encourageants” dans deux pays touchés, le Nigeria et la Guinée.

L’épidémie d’Ebola continue de s’étendre en Afrique de l’Ouest. En cinq mois, cette fièvre hémorragique très contagieuse a fait 1 229 morts (confirmés, suspects ou probables) selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), arrêté au 16 août : 466 au Liberia, 394 en Guinée, 365 en Sierra Leone et quatre au Nigeria. Entre les 14 et 16 août, selon ce bilan, 113 nouveaux cas et 84 décès ont été enregistrés dans ces pays.

La progression reste donc forte malgré la mobilisation internationale contre cette épidémie, sans précédent depuis l’apparition de la maladie en 1976. La situation au Liberia inquiète particulièrement, le dernier bilan de l’OMS s’élevant à 53 morts, ainsi que 48 nouveaux cas, dans ce pays très démuni.

Par ailleurs, les 17 malades d’Ebola qui s’étaient échappés lors de l’attaque d’un centre d’isolement de la capitale Monrovia ont été retrouvés mardi 19 août. “Ils se sont rendus à pied d’eux-mêmes à l’hôpital JFK”, a déclaré Lewis Brown, le ministre libérien de l’Information à l’AFP. Il a ajouté que six professionnels de santé infectés par la maladie réagissaient positivement à un sérum expérimental américain.

Le danger de contamination reste tout de même élevé, d’après le gouvernement, qui envisage une mise en quarantaine du quartier concerné (environ 75 000 habitants), comme c’est déjà le cas pour trois provinces du nord du pays.

“Signes encourageants”

Toutefois, l’OMS, qui a décrété le 8 août une urgence de santé publique mondiale et recommandé des mesures d’exception dans les pays touchés par l’épidémie, a évoqué quelques lueurs d’espoir au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, mais aussi en Guinée.

“Il y a des signes encourageants dans ces deux pays”, a déclaré une porte-parole de l’OMS, Fadela Chaïb, lors d’un point presse à Genève. “Ce qui est encourageant au Nigeria, c’est que seulement une chaîne de transmission a été identifiée jusqu’à présent”, a-t-elle déclaré en référence à l’Américano-Libérien Patrick Sawyer, décédé fin juillet à Lagos où il était venu en voyage, et aux gens qu’il a contaminés.

“C’est une bonne nouvelle”, a-t-elle souligné, évoquant les “effets positifs” des mesures prises et de la “vigilance” observée par les autorités nigérianes.

En Guinée, d’où est partie l’épidémie en mars, la porte-parole a fait état de “quelques mesures (…) efficaces”, même si la flambée n’est pas encore “contrôlée”.

 

Avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*